L’Oracle de Delphes : les douze travaux de Feld

Quand Stefan Feld sort d’une année blanche en termes de sorties éditoriales, il y a des chances pour que ça ne dure pas. 2013 avait été ainsi particulièrement prolifique, et 2016 ne déroge pas avec jusque-là trois titres. Les Châteaux de Bourgogne – le jeu de cartes (voir le Just Played) a constitué la mise en bouche au printemps. Mais le plat de résistance est prévu pour Essen. Jórvík sera une réimplémentation d’une de ses oeuvres restée plutôt méconnue par chez nous : Die Speicherstadt.
Assez de versions remixées et autres reboots, l’objet de cette Preview est une création originale : The Oracle of Delphi, dont nous vous parlions déjà dans cette news. Une diffusion des règles et quelques visuels plus tard, il est temps d’en dresser un aperçu plus consistant.

Consultations cycliques

Préambule culturel : Du VIe au IVe siècle avant J.-C., Delphes fut un centre et un symbole de l’unité du monde grec. Concrètement, il s’agissait d’un sanctuaire panhellénique (c’est à dire un complexe architectural extérieur à une cité) où parlait l’oracle d’Apollon via sa prophétesse : la Pythie.

L’ancienne Grèce sert ainsi de toile de fond à ce nouveau casse-tête d’un des demi-dieux du jeu à l’allemande.

Zeus a lancé un challenge aux simples mortels : accomplir douze travaux pour se voir inviter en son royaume de l’Olympe. Ni une ni deux, tels des héritiers d’Héraclès ou d’Ulysse, les joueurs de sillonner une pseudo mer Egée constituée à grands coups de tuiles modulaires.

Il s’agit donc d’un jeu d’optimisation et de course, sans PV. Le premier joueur à valider l’ensemble de ses douze tâches et à revenir au point de départ (la figurine Zeus en carton 3D) l’emporte.

Mais dans l’antiquité, on ne faisait pas ce que l’on voulait ; il était de bon ton de respecter la volonté divine. Celle-ci s’avérait souvent capricieuse voire imprévisible : belle analogie thématique que voilà pour justifier le système de dés d’action individuels. Car c’est là que l’Oracle intervient : lui seul est en mesure d’indiquer quels chemins emprunter.

Pour faire une action noire, il faudrait ici payer deux faveurs à partir du dé vert

Consulter l’Oracle revient à lancer ses trois dés, lesquels comportent six faces pour autant de couleurs. A l’instar des faces numérotées des Châteaux de Bourgogne, un dé donne le droit à une action de n’importe quel type, du moment que l’élément de jeu concerné est de la couleur indiquée. Classiquement, une possibilité existe pour « transformer » un dé selon le cycle figuré sur le plateau personnel : il vous en coûtera un jeton « faveur » pour chaque étape de la modification souhaitée.

Mécaniquement, on est donc sur une base de 3 actions lors de son tour de jeu, auxquelles peut s’ajouter une éventuelle action supplémentaire en dépensant une carte « oracle ». De quoi bien ruminer le champ des possibles. Heureusement, la consultation (le lancer) s’effectue à la fin de son tour. Même si les plans peuvent être remis en cause par les mouvements à venir, un défrichage des options est donc possible pendant que les adversaires jouent.

Bons et mauvais présages

C’est un Feld, sachez donc que le voyage ne sera pas de tout repos : en plus de se creuser la tête pour résoudre efficacement les 12 travaux et supplanter vos concurrents, il faudra aussi se prémunir du jeu lui-même.

Bouclier : on commence sur zéro

Ainsi, une attaque d’un Titan pas très gentil ponctue chaque tour de table. Il s’agit de jeter un D6 :

  • tous les joueurs dont le niveau de « bouclier » est inférieur à la valeur de l’attaque piochent une carte « blessure », qui sera aléatoirement d’une des 6 couleurs.
  • sur un 6, c’est même une attaque critique : tous les joueurs prennent 2 blessures, quelle que soit leur défense.

Tout est rappelé sur le plateau

Evidemment, ces blessures, il faut éviter d’en collectionner trop : 3 identiques ou 6 au total au début de son tour de jeu impliquent de devoir passer pour « se soigner », c’est à dire défausser 3 blessures de son choix. Franchement à éviter, sachant qu’il est possible de consacrer une ou plusieurs actions pour défausser préventivement des blessures (voir plus bas).
Si au contraire, si vous êtes en super forme avec zéro blessure au début du tour, alors vous avez le droit à 2 jetons faveurs ou à Avancer un dieu (voir ci-après), ce qui est plutôt cool.

Seule Artémis ayant décollé de la première ligne, priez pour que vos adversaires roulent du vert

Il y a quand même une bonne nouvelle : certains dieux veulent bien se laisser flatter, et il est possible d’obtenir leur puissante aide spéciale dès lors que vous les avez assez honorés. Il s’agit d’avancer le jeton à leur effigie jusqu’à la case supérieure de sa colonne (partie droite du plateau individuel, ci-contre).

Ces jetons avancent entre autres via un astucieux twist : à chaque fois qu’un joueur consulte l’Oracle, les autres joueurs peuvent avancer d’une case un de leurs jetons dieu parmi les couleurs de dés roulées. Restriction importante : les jetons encore situés sur la ligne inférieure (qui est la ligne de départ) n’ont pas le droit d’effectuer leur premier mouvement de cette manière.

S’instaure donc un choix à ce niveau : « débloquer » un jeton dieu coûte une action Avancer un dieu (voir ci-après), mais permet, si les dés le veulent, de profiter d’avancées gratuites par la suite.

Sans les détailler ici, sachez que ces bonus « one-shot » des dieux sont extrèmement puissants ; à titre d’exemple, Poséïdon permet de « téléporter » son navire n’importe où. Pratique. Le jeton redescend ensuite sur sa ligne de départ, et tout est à refaire.

Par ailleurs, une légère asymétrie initiale est introduite via la tuile navire attribuée à chaque joueur : boosts divers, action améliorée, capacité en soute augmentée, rule-breaker permanent : il y a un peu de tout.

Trêve de prophéties, il faut agir

La navigation est à la base de tout, car on ne peut logiquement intervenir que sur des hexagones adjacents à celui de son pion navire. Comme cela « coûte » une action à chaque fois, limiter tant que possible les allées et venues constitue, de toute évidence, un des principaux leviers d’optimisation.

Déplacer son navire : On peut parcourir jusqu’à 3 hexagones d’eau, il n’est donc pas possible de traverser la terre (n’insistez pas) ni les « bas-fonds » (cases vides crées lors de la mise en place). Il est possible de dépenser une ou plusieurs tuile(s) faveur(s) pour augmenter la distance parcourue d’un hexagone par faveur.
Dans tous les cas, la case d’arrivée doit être de la couleur du dé d’action utilisé


Voici ce qu’il est possible de faire
avec un dé rose et une faveur

Ensuite, il faut savoir que quatre familles de tâches existent, et que vous devrez en réaliser spécifiquement trois de chaque.

Eriger 3 sanctuaires consiste avant tout à découvrir les emplacements qui vous sont réservés. Douze « îles » sont en effet réparties sur le plateau, mais face cachée ! Lesquelles trois sont à votre couleur ?
Les deux actions associées laissent latitude à soit y aller comme un bourrin (quitte à renseigner vos adversaires), soit se renseigner préalablement.

Explorer une île : Retournez face visible une tuile île adjacente à votre navire. Si elle est de votre couleur, placez-y un de vos sanctuaires et recevez la récompense pour avoir complété cette tâche : avancez un jeton dieu.
Dans le cas contraire, vous recevez un puissant bonus de compensation qui dépend de la lettre grecque figurant sur l’île : 4 faveurs, défausser toutes ses blessures d’une couleur et avancer d’un bouclier…
Regarder deux Iles : Consultez secrètement deux tuiles îles de votre choix, et replacez-les à leurs emplacements respectifs, toujours face cachée.
Il est à noter que cette action n’a pas de contrainte de couleur, elle peut être effectuée avec n’importe quel dé.


Avec un dé jaune, Bleu explore cette île. Elle s’avère bleue, il peut donc y ériger un de ses trois sanctuaires.
Si un autre joueur que Bleu avait exploré cette île, il n’aurait pas pu y poser un sanctuaire, mais empoché deux cartes oracle en compensation (île de symbole « Oméga »), c’est à dire potentiellement deux actions supplémentaires (tout de même).

Livrer 3 offrandes (de 3 couleurs différentes) s’apparente à du classique pickup & deliver. La position initiale des offrandes (cubes de couleurs) et leur destination sont connues. Etant aléatoirement mises en place, des bonnes et des moins bonnes occasions se présentent.
A chacun de résoudre au mieux le fameux problème du voyageur de commerce et d’embarquer avant les autres les offrandes les moins éloignées de leur point de livraison, sachant qu’il faut également s’accommoder de la place très limitée à bord.

Charger une offrande : Depuis une île adjacente à votre navire, prenez un cube offrande de la couleur du dé d’action utilisé. Vous devez avoir l’espace pour l’accueillir, les tuiles navires offrant généralement 2 emplacements.
Livrer l’offrande : Depuis la soute du navire, livrez un cube offrande correspondant à la couleur du dé d’action, vers une île adjacente contenant un temple de ladite couleur.
En récompense pour avoir complété cette tâche, gagnez 3 faveurs.


Situation optimum ici : le chargement et la livraison peuvent s’effectuer en enchainant deux dés rouges, sans même avoir à se déplacer !

Elever 3 statues (de 3 couleurs différentes) reprend exactement le même système de chargement/livraison depuis et vers des emplacements connus, mais en inversant l’enjeu de concurrence. Il n’y a que peu de bousculade à l’embarquement, trois statues identiques étant systématiquement disponibles au point de départ commun. Par contre, les différents endroits pour les ériger ne peuvent accueillir qu’une seule statue d’une couleur donnée, et ne sont pas tous égaux en terme de distance à parcourir… Premier arrivé, premier débarrassé !

Charger une statue : Depuis une île adjacente à votre navire, prenez une statue de la couleur du dé d’action utilisé, dans la limite de la place la disponible sur votre navire.
Elever la statue : Depuis la soute du navire, placez une statue correspondant à la couleur du dé d’action, vers une île adjacente comportant un emplacement libre de ladite couleur.
En récompense pour avoir complété cette tâche, gagnez une carte Compagnon de votre choix parmi l’ensemble des cartes du jeu.


Une action rouge pour le chargement, une jaune pour le déplacement, puis encore une rouge pour l’élévation. Il ne sera plus possible à quiconque d’élever de statue rouge sur cette île. En revanche, une jaune et une verte peuvent encore être accueillies.

Abattre 3 monstres (de 3 couleurs différentes) est une sorte de stop ou encore inversé. Votre niveau de « bouclier » va aider, mais sorti de cela, c’est le dé qui parle. Même si votre succès est de plus en plus probable, encore faut-il avoir les moyens de prolonger le combat ! Alors, est-il bien raisonnable de provoquer Méduse ou l’Hydre de Lerne tout de suite ?

Combattre un monstre : Engagez l’affrontement contre un monstre d’une île adjacente à votre navire, et de la couleur du dé d’action utilisé.

Le combat une successions de rounds, c’est dire de lancers d’un D10. La force initiale du monstre est de 9, moins votre niveau de bouclier.

  • Si le lancer égale ou dépasse la force du monstre, c’est la victoire. Gagnez une carte Equipement parmi les 6 cartes exposées dans un étalage commun.
  • Sinon, il faut soit rompre le combat (l’action est avortée dans ce cas), soit le prolonger, au prix d’un jeton faveur. Dans ce cas, la force du monstre est diminuée de 1 pour le round suivant : la bête se fatigue.
  • Sur un 0, vous prenez un mauvais coup et devez piocher une carte blessure.


Jaune s’en prend au Cyclope avec un dé rouge. Son niveau de bouclier est de 2, il faudrait donc lancer 7+ pour en venir à bout. C’est un 5 : raté.
Jaune paye une faveur pour avoir droit à un nouvel essai. Il faut désormais faire 6+. Avec un second jet à 7, le Cyclope est occis !

Pour terminer ce panel bien fourni, quatre actions complémentaires génériques (hors tâche) sont disponibles :

Avancer un dieu : Avancez d’une ligne (vers le haut du tableau) le jeton dieu de la couleur du dé d’action utilisé. Soin : Défaussez toutes vos cartes blessures de la couleur du dé d’action utilisé.
Faveurs : Gagnez 2 jetons faveurs (peu importe la couleur du dé d’action). Oracle : Piochez 1 carte oracle (peu importe la couleur du dé d’action).

Oracle, ode aux espoirs

Voici indéniablement un Feld d’un calibre majeur, comme on en avait plus vu depuis Aquasphere. Comme souvent, plus que la complexité brute, c’est la multiplicité des imbrications entre les éléments de jeu qui en fait un titre plutôt touffu.

Les similitudes avec Les Châteaux de Bourgogne sont assez frappantes. Difficile de parler pour l’auteur, mais la base mécanique semble bel et bien issue d’une « évolution » de ce dernier. On troque les faces numérotées contre les faces colorées, on met trois dés au lieu de deux, on restreint la possibilité de transformer les valeurs à un sens unique (en lieu et place du +1/-1 des ouvriers), et le tour est joué.

Dit comme ça, cela semble facile, trop facile. Et cela peut aussi exaspérer : Feld qui recycle encore ses vieilles recettes. Pourtant, en termes de game-design, rien n’est simple, et les plus légères modifications ont parfois des répercussions importantes sur le ressenti.

Le moteur mécanique ne fait non plus tout, et l’exploitation qui en est faite ici laisse entrevoir un léger vent d’originalité malgré tout. Le tour de force d’éclipser les points de victoire, au profit d’une course à la réalisation d’objectifs, a de quoi dénoter dans la ludographie du monsieur. Il faut également noter l’impasse sur une de ses grandes marques de fabrique : l’ordre du tour variable.

On a vu bien pire au niveau de la cohérence entre mécanismes et thématique, même si le recours au divin pour justifier les pouvoirs spéciaux est quelque peu éculé. La réflexion et l’optimisation prennent très certainement vite le pas sur l’histoire, mais au moins, on effectue des actions concrètes. Les multiplicateurs et autres scorings plus ou moins artificiels sont laissés de côté pour cette fois.

Avec jusqu’à 4 actions par tour, il y a de quoi craindre un downtime important. Fort heureusement, le système d’Oracle permet 1) de profiter de l’intervalle pour planifier ses prochains dés, et 2) d’être potentiellement impliqué pendant le tour des autres (avancées de jetons dieux). Aussi, l’interaction n’est pas en reste avec la concurrence pour s’emparer avant les autres de la plupart des éléments à disposition.

Il est toujours difficile de jouer aux devins sans avoir pratiqué, et comme toujours, rien ne vaut un essai grandeur nature. Entre la présence d’un hasard substantiel (lancers de dés, y compris pour les combats, placements plus ou moins heureux des îles cachées…) et le côté finalement très calculatoire de l’optimisation, difficile de prédire à qui il plaira réellement. Mais il semblerait que l’Oracle de Delphes ait le profil pour s’écarter un peu du cercle habituel d’afficionados feldiens. Rendez-vous est pris en octobre.

[NDLR : La VF est prévue pour la fin d’année chez Matagot]

Un jeu de Stefan Feld
Illustré par Dennis Lohausen
Edité par Hall Games et Pegasus Spiele en Anglais/Allemand
Pays d’origine : Allemagne
De 2 à 4 joueurs
A partir de 12 ans
70 à 120 min

 

 

26 Commentaires

  1. Photo du profil de atom
    atom 13/09/2016
    Répondre

    Intéressant, en plus c’est une « course », j’apprécie quand la fin peut tomber n’importe quand, ça demande aucun relâchement, une surveillance de tout les instants. J’attendrais tout de même une version française. Il me semble que Pegasus spiele a un partenariat avec Matagot.

    • Photo du profil de Dhjaz
      Dhjaz 14/09/2016
      Répondre

      Ah celui là voui, pareil je vais guetter la sortie de la VF avec attention!

  2. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 13/09/2016
    Répondre

    belle preview et ton ressenti se rapproche du mien apres la lecture des regles. Etant perso, plus fan de Aquasphere que des CdB je le testerai mais attention ! 🙂

  3. Photo du profil de atom
    atom 13/09/2016
    Répondre

    J’ai l’impression que c’est un mix de Chateaux de Bourgogne, Aquasphére et aussi Bora Bora pour les cartes dieux.

  4. Fab 13/09/2016
    Répondre

    Pas de version française prévue pour l’instant??

  5. Photo du profil de Guiz
    Guiz 13/09/2016
    Répondre

    Pas fan de Feld en général, en grande partie à cause des salades de points en cours de partie qui casse le rythme (encore que j’aime beaucoup Trajan), ce nouvel opus me parle ! A essayer donc 🙂

  6. Nik 13/09/2016
    Répondre

    Bonjour, le plateau est il fixe ou modulable ?

    Merci pour ce très bon article.

    • Photo du profil de Grovast
      Grovast 13/09/2016
      Répondre

      Le plateau est constitué de 12 « grosses » tuiles modulaires (voir ici par exemple) + 6 tuiles cités disposées plus ou moins aléatoirement elles aussi. Donc entièrement modulaire.

  7. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 13/09/2016
    Répondre

    MIAM !!!

    Merci Grovast ! Nouveau Feld = toujours achat obligatoire, mais celui-ci m’emballe beaucoup plus qu’Aquasphere.
    Feld + dés = orgasme ludique, n’en déplaise à TSR, à chacun ses plaisirs  😉

    Ce cher Stefan semble céder à la « mode Stonemaier » avec une course comme but et non des points (Viticulture, Euphoria, Scythe quand même), et pourquoi pas.

    Et j’espère qu’il y aura à Essen des t-shirts « Feld is my homeboy » comme à la GenCon, il m’en faut un absolument ! =)

  8. Photo du profil de eolean
    eolean 13/09/2016
    Répondre

    Merci beaucoup pour cette preview grovast ! J’ai beaucoup aimé le « Abattre 3 montres » Je pense que je vais viser les swatch, les rollex sont trop fort :p

    Sinon, Feldien dans l’âme, j’adore pour ma part les salades de points qui laisse une grande liberté stratégique. Une fois n’est pas coûtume, j’avoue être un peu désarçonné par cette bête. Je ne sais pas trop quoi en penser. Mais on retrouve toujours la patte du monsieur avec un système de jeu contraignant (le titan), du hasard gérable, et des choix d’optimisations.

    Ce qui me laisse perplexe ici c’est qu’on a l’impression que l’ordre de jeu joue une place primordiale (course, premier à livrer, emplacements réservés, etc…) et apparemment, celui-ci n’est pas modifiable. ça soulève un côté un peu frustrant. Cependant, ça ajoute une dimension un peu double guessing (est-ce que mon voisin de gauche, qui joue avant moi, va aller sur cette île ou je peux y aller ? )

    Paradoxalement, j’ai la sensation d’avoir plus à faire à une salade que ses autres jeux ^^ (bon, je dis ça, mais il a de fortes chances d’être mien quand même 🙂

    • Photo du profil de Grovast
      Grovast 13/09/2016
      Répondre

      Un « S » a zappé par deux fois en effet, malgré les 12 relectures : /

      Je vois ce que tu veux dire sur l’ordre du tour : il n’y a pas vraiment d’entourloupe possible pour repasser devant sur l’ordre du tour (genre en toute fin de manche, surprise!) et griller un adversaire à la manche suivante.

      Si quelqu’un a pris un coup d’avance et peut livrer avant toi au prochain tour, tu ne peux rien faire d’autre qu’espérer qu’il ne va pas voir la menace (toi) et musarder au titre d’une autre optim’ quelconque.
      Honnêtement, même en ayant retourné la règle dans tous les sens et « pensé » le jeu pendant tout le temps de rédaction de cet article, je ne sais pas trop ce que ça va donner. Je pense jusque qu’il a potentiellement sa chance chez certains non-fans.

  9. Photo du profil de 6gale
    6gale 13/09/2016
    Répondre

    Coté design, ce Feld a l’air moins austère que les autres et c’est tant mieux. Un jeu « kubenbois » à suivre donc.

  10. Alin 13/09/2016
    Répondre

    Je n’ai encore fait aucun Feld, mais celui-ci me tente grandement ! Merci pour cette preview 🙂

  11. Photo du profil de
    PSined 13/09/2016
    Répondre

    Comme disait si bien Wraith75 : « Miam »!
    Par contre, j’ai un léger doute sur l’interractivité entre les joueurs : j’ai un peu l’impression que chacun joue dans son coin et qu’il est relativement difficile d’interragir directement avec les autres joueurs.
    Oui clairement, il faudra tester ce jeu pour se faire une meilleure idée.

  12. Anchel 13/09/2016
    Répondre

    Oracle ôde aux espoirs, sérieux… 🙂

  13. Photo du profil de Zuton
    Zuton 13/09/2016
    Répondre

    Malgré une déception de ses sorties les plus récentes, Un Feld est un Feld et ce dernier opus m’a tour l’air intéressant. Le plateau me fait un peu penser à celui de DEUS.

    Le matériel a l’air sympa et c’est une bonne nouvelle d’apprendre que Matagot assurera la VF, pour dans pas longtemps en plus !

    Bravo pour l’article divin (comme d’hab’) !

    @Wraith75 : je sais maintenant ce que je vais te demander de me ramener d’Essen…

  14. Photo du profil de LAuCoBa
    LAuCoBa 14/09/2016
    Répondre

    Dommage que la VF ne sorte pas à Essen … pour le coup je vais passer par la case VO !
    Merci Grovast pour la preview

  15. Fandesg 21/10/2016
    Répondre

    Etant un fan absolu de Feld, j’ai acheté le jeu à Essen. Et je peux vous dire que ce jeux est vraiment excellent! J’attends d’essayer Amerigo avant de confirmer qu’il s’agit, pour ma part, du meilleur jeu de l’auteur! 😉

    • Photo du profil de atom
      atom 21/10/2016
      Répondre

      Je pense que ton avis ne changera pas, Amérigo est sympa mais c’est clairement pas le meilleur. Tu  aurais dit Bora Bora ou Aquasphére ou les chateaux de bourgogne a la limite. Bon ça donne envie et il va falloir attendre un petit peu avant de pouvoir y jouer.

  16. Photo du profil de cosmocrator
    cosmocrator 06/11/2016
    Répondre

    Une règle en français de disponible?

Laisser un commentaire