Les premiers lauréats du Pion d’or sont annoncés

L’Union des Éditeurs de Jeux (ou UEJ) est, comme son nom l’indique, un collectif d’éditeurs visant à faire progresser la profession d’éditeur de jeu de société. Une des commissions de l’UEJ s’est penchée sur les labels et les prix décernables, pour s’apercevoir que rien ne permettait de juger le succès quantitatif d’un jeu, les prix étant saisonniers ou annuels, et les médias spécialisés se concentrant sur la nouveauté.

 

Comme les disques d’or, de diamant ou de platine, les Pions d’Or (et consorts) permettront ainsi de simplifier la visibilité du jeu dans son ensemble, et plus particulièrement auprès du grand public. Un des membres de la commission Labels et Prix, Thomas Provoost, co-fondateur de Repos Prod, nous en parlait au Festival de Cannes :

 

 

Voici, sans plus attendre, la liste des lauréats.

 

 

Pour le Pion de Diamant (à partir de 3 millions d’exemplaires vendus) : Six qui prend, Time’s Up et Dixit.

 

Pour le pion de Platine, à partir de 1 million d’exemplaires vendus : Défis Nature (double Pion de Platine), 7 Wonders, Quarto, Quoridor.

 

Les Pions d’Or valent 250 000 exemplaires chacun : on retrouve Kingdomino et Concept pour les triples, 7 Wonders Duel pour les doubles, et pour les simples, Colt Express et Dr. Eurêka.

 

Enfin, les pions d’argent, à 100 000 exemplaires vendus : Célestia et When I Dream.

 

Si ces chiffres de vente sont fort différents de ceux que l’on imagine pour les tirages plus modestes qui ont généralement lieu, ceux-ci permettent de constituer un témoin de la vitalité du jeu de société, avec beaucoup de jeux pas si vieux que ça (7 Wonders Duel, When I Dream ou Kingdomino sont tout récents au comparé d’un Dixit !). Car, comme l’explique Thomas Provoost dans la vidéo ci-dessus, les best-sellers, les long-sellers sont tout aussi pertinents, sinon plus, que les succès du moment. Du moins pour les boutiques ou ceux qui ignorent tout du milieu.

Ce tableau n’est sans doute pas complet : il faut que chaque éditeur soumette un dossier pour se voir lauréat d’un Pion, lequel dossier est examiné par la commission de l’UEJ avant d’être proclamé. On ne s’étonnera pas (encore) de l’absence de Dobble parmi les lauréats. Pour en savoir plus, ou vous tenir au courant sur les lauréats, voici le site du Pion d’Or.

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

10 Commentaires

  1. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 02/04/2019
    Répondre

    Et blanc Manger coco?

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 02/04/2019
      Répondre

      Comme dit en fin d’article, il faut que l’éditeur fasse une demande active auprès de la commission du pion d’or pour se voir décerner la récompense.

    • Benoit Le Banni 03/04/2019
      Répondre

      on parle de bons jeux ^^

  2. Young Francis 02/04/2019
    Répondre

    Autrement dit on a un prix qui récompense et met en avant un jeu déjà hyper bien vendu et amorti… Une sorte de Win-Win.

    Je vois bien en quoi cela peut rassurer un client novice dans le milieu… En revanche pas sûr que ça aide a donner de la visibilité aux petits titres et éditeurs… Ce n’est pas son but?

    Soit.

    • Schtroumpf grognon 04/04/2019
      Répondre

      J’ai pensé la même chose. Oh un nouveau prix pour récompenser ceux qui… n’en ont pas besoin.

  3. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 02/04/2019
    Répondre

    Le label est aussi payant, c’est un label pro. Mais il permettra de faire vivre l’UEJ
    cf mon podcast #91

  4. Photo du profil de Grovast
    Grovast 03/04/2019
    Répondre

    Défis Nature de Bioviva  serait donc à 2 millions d’exemplaires ? C’est vrai que j’ai tendance à voir cette série en vente un peu partout (notamment dans les GSS, mais aussi les Biocoop), mais je ne pensais pas que ça se vendait autant. En boutique spécialisée il n’est pas super visible, il me semble.

  5. Oliv’ 04/04/2019
    Répondre

    Mouai j’avoue être perplexe…
    Si je comprends bien, d’ici peu il va y avoir comme laureat de ce prix des jeux de qualité ludique discutable, tel que Monopoly, Trivial Pursuit, Qui est-ce, Risk, 1000 Bornes, Cluedo, La bonne paie, etc…  Et a ce moment là, le prix risque de se prendre un peu du plomb dans l’aile. Vous ne pensez pas ?

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 04/04/2019
      Répondre

      Le but est de se rapprocher de ce qui se fait avec les disques. En l’occurence, Jul a du recevoir 18 fois tous ces prix là. Donc ces prix là prime aussi des artistes aux qualités discutables. Je ne suis pas certains que ça les rendent moins pertinents pour autant.

      C’est d’ailleurs pas vraiment un prix finalement, juste un « achievement » quelque part. Et ça donne une visibilité sur le marché intéressante je trouve. Y’a plein de jeux « primés » que j’imaginais pas se vendre si bien.

Laisser un commentaire