[Les petits joueurs #3] : Draftosaurus, La Découverte de l’Atlantide, Twin it, Brothers, Poule Mouillée, Jungle Trip…

Cette rubrique « enfant » vous est présentée aujourd’hui grâce au concours de Tim, 9 ans, et Clem, 6 ans et Mini-Sha 8 ans. Disons que ce sont nos petits cobayes (joyeux et consentants) toujours prêts à essayer de nouveaux jeux ! 

 

- Profil psychologique des petits joueurs -

Tim baigne dans le jeu de société depuis qu’il est tout petit. Il a une nette préférence pour le jeu vidéo, mais ne rechigne pas à jouer à des jeux de plateau, principalement avec sa sœur (surtout quand il peut l’écraser, disons-le). Il aime bien de temps en temps faire ses règles « maison » et a même tenté des prototypes qui mélangent des jeux qu’il nous a vu jouer. Il aime bien fanfaronner quand il écrase sa sœur pour la faire rager. S’il aime jouer avec elle ou d’autres enfants plus jeunes, il apprécie aussi de jouer avec ses parents à des jeux un peu plus costauds, comme L’âge De Pierre, Solenia, Istanbul et d’autres encore.

Clem est peu joueuse, et une très mauvaise perdante, surtout quand son frère ne sait pas gagner avec élégance. Mais quand elle gagne, au lieu de profiter de sa victoire elle va considérer qu’il y a égalité, probablement pour ne pas frustrer le perdant. Le calcul n’est pas son truc, ce qui lui plaît c’est de ressentir des émotions, de vibrer, il est plaisant de la voir frissonner quand elle pose un élément en équilibre sur Rhino Hero, ou quand elle bluffe sur Argh ! et nous mystifie totalement.

Mini-Sha est totalement immergée dans le jeu depuis sa naissance, il faut dire que sa maison est envahie de jeux, papa-maman étant les fondateurs de Ludovox, ceci explique cela. 😉 Du haut de ses 8 ans, elle commence à avoir une jolie petite culture ludique (pour ce qui est de la section enfant en tout cas !) Elle préfère gagner évidemment, mais accepte de mieux en mieux la défaite en grandissant. Elle aime autant les jeux abstraits comme Aquatika (qu’elle emmène partout) que les univers immersifs à la Mice & Mystics « tant qu’on s’amuse ! ». Son dernier coup de coeur : Zombie Kidz Evolution

 

 

atalia ice cool

Ice Cool

Quoi de mieux qu’un jeu de pichenettes avec des enfants ? (Ludochrono, test) Surtout si celui-ci a un matériel mignon : des petits pingouins culbutos qu’il faudra pichenetter avec adresse pour les faire passer à travers les portes en 3D et récupérer les poissons (sources de points de victoire). 

Cela peut sembler étonnant, mais le jeu offre une belle courbe d’apprentissage. Les toutes premières parties, on se rate lamentablement, mais ensuite on fait preuve de finesse et d’adresse, on gère mieux la force et la direction de sa pichenette. On parvient parfois à réaliser de superbes pirouettes !

icecool

Ice cool est totalement validé à la maison. Si la variante à deux est peu intéressante pour un adulte, ça n’empêche pas mes loulous de se marrer comme des baleines quand ils y jouent.

 

Flying kiwis_md

 

Flying Kiwis

Encore un jeu d’adresse, mais celui-ci est plus foutraque. Au premier abord, on dirait un jeu/jouet (cette remarque n’est absolument pas péjorative). Le but étant de projeter à l’aide d’un tremplin des kiwis (les oiseaux) dans une boîte. En théorie, on se fait face, et on envoie de manière frénétique les jetons oiseaux. On perd vite l’aspect « adresse » pour avoir l’aspect rapidité/frénésie prendre le dessus et disons-le ça devient rapidement n’importe quoi, surtout avec des enfants surexcités.

flying kiwis

 

On a préféré une petite variante maison (imaginée par les enfants) qui casse un peu le côté délirant, mais qui permet d’intégrer un peu d’adresse même si des jetons en carton propulsés avec des élastiques, ce n’est pas le nec plus ultra de la précision (comparé à Ice cool).

D’abord, nous plaçons la boîte à l’autre bout de la table à une distance raisonnable, et tour à tour, nous envoyons nos kiwis dans la boîte. Celui qui réussit à en placer le plus dans la boîte remporte la partie. Cette variante a un autre avantage : celui d’envoyer les jetons dans une seule direction. Bien plus facile pour retrouver les oiseaux perdus ! À ce propos, je conseille le décompte des oiseaux à chaque fin de partie pour éviter la perte des volatiles.

 

 

Twin it et Twin it Edition Cannes

Le principe de Twin It est on ne peut plus simple, tu paires ou tu perds. Chacun son tour, on va retourner une carte et si sa jumelle est présente sur le plateau (n’importe où, sur la zone de jeu, mais même sur les piles adverses) on se jette dessus. C’est bien entendu le plus rapide qui remporte le morceau.  Le hic c’est que la plupart des cartes se ressemblent ! Parfois on fait quelques méprises, quand c’est le cas on doit rendre une des paires que l’on a gagnée, autant dire qu’il faut rester concentré.

 

twinit_jeux_Ludovox

 

J’ai découvert Twin it un peu par hasard, je n’aurais pas cru qu’il me plairait car je ne suis pas très jeu d’observation/rapidité, mais sa simplicité m’a séduit. Je me suis dit qu’il faisait un bon candidat pour les apéros avec des gens qui ne connaissent pas le jeu de société moderne. Mais je n’aurais jamais pensé qu’il fonctionne aussi bien avec les enfants ! Et pourtant c’est le cas. Quand je cherche la boite dans la maison, je finis toujours par la retrouver dans leur chambre.
Pour ne rien gâcher, il est beau, avec un style bien à lui.
Le jeu idéal pour une partie rapide. Nous avons investi dans la version spéciale « jeux » de Cannes. On peut en sus s’amuser à retrouver les jeux de société qui sont représentés !

 

brothers

Brothers

Dans Brothers, nous incarnons des frères qui se battent pour être celui qui saura le mieux ranger ses enclos d’animaux (voir Ludochrono). On réalisera deux manches, une ou l’on jouera les Wappins (avec des tuiles de 3 cases en ligne) et une autre où on jouera les Bouftous (tuiles de 3 cases également, mais qui forment un coude).
Tout d’abord, nous plaçons chacun notre tour les tuiles de la prairie, qui sont elles de toutes sortes de formes. Puis nous positionnons les enclos de nos animaux par dessus (tuiles droites pour le joueur-Wappin ; tuiles coudées pour le joueur Bouftou). Le placement est libre, avec bien entendu les contraintes classiques et logiques (pas de superposition, un enclos doit être en totalité sur la prairie). Ainsi, chacun notre tour, nous allons poser nos enclos pour se réserver des places et surtout bloquer notre adversaire. On essayera de placer un maximum de nos tuiles sur la prairie car à la fin, quand on se retrouvera à ne plus pouvoir jouer faute de place, chaque joueur aura une pénalité pour chaque tuile non placée (-1 pour le Wappin, -2 pour le Bouftou). Puis on inverse les rôles et on recommence.  

Brothers_jeu_Ludovox

Brothers propose un jeu de placement qui en premier lieu évoque les polyominos de Patchwork ou Patchwork Express, mais dans un jeu avec plus de confrontation. Par conséquent, il faut gérer un peu plus la frustration qui peut être ressentie dans la partie quand vous cassez le jeu de votre petit(e) adversaire. Pas inintéressant, mais on préfère coudre des couvertures avec des morceaux de tissus (Patchwork).

 

Poule mouillée !

Poule Mouillée

Dans Poule Mouillée, il ne faudra pas manquer de courage (ou parfois déclarer que nous sommes une poule mouillée) pour limiter la casse. Le jeu fonctionne sur le principe du Black Jack, il ne faut pas dépasser la somme de 21. Ainsi chacun notre tour, nous aurons le choix de poser une carte ou bien de prendre le tas de cartes, pensant que notre prochaine carte fera augmenter la valeur au-delà de 21. Mais bien sûr il existe quelques petits twists pour pimenter tout cela. Nous avons des cartes poules jaunes, et des cartes poules rouges. Les poules rouges s’additionnent sauf si la valeur dépasse 21. Dans ce cas on va soustraire la valeur. Nous avons aussi quelques cartes Renard, qui remettent le compteur à zéro, doublent le résultat, etc. J’oubliais, si jamais le total fait 21, on range le paquet dans la boite et on continue avec les cartes restantes.

poulemouillée

Ce sont les poules rouges qui nous amènent à prendre des risques, tantôt payants, d’autres fois pas du tout. Le jeu est un bon moyen pour faire des mathématiques en s’amusant, car on annonce toujours le nouveau résultat.

Les enfants apprécient beaucoup, même si parfois le jeu traîne un peu trop en longueur. Idéalement, je le conseille à 4 joueurs pour ne pas avoir trop de cartes en main.

 

Jungle Trip

 

Jungle Trip

Dans ce jeu de plis, il nous faudra prendre des risques et déduire ce que vont faire les joueurs. Tous les joueurs ont le même deck de 11 cartes, 10 cartes de 1 à 5, en double et une qui représente le lion, roi des animaux de valeur 6. Le but du jeu est de faire le plus de plis. La partie s’arrête quand un joueur atteint ou dépasse les 15 plis.

En même temps nous allons sélectionner dans notre main une carte que nous plaçons face cachée devant nous. Puis nous la révélons et la valeur la plus forte emporte le pli. Mais s’il y a plusieurs cartes de même valeur, elles s’annulent, ainsi le pli va au joueur qui a posé la carte la plus forte restante. Un petit côté jouissif quand on arrive à gagner un pli avec le 1 : la grenouille.

Une mécanique ultra simple, un poil de déduction quand en avançant on peut mémoriser et tenter de deviner les cartes restantes. Pour ma part, je le trouve intéressant à partir de 3 ou 4, mais rapidement répétitif quand même. Jungle Trip fait un carton avec les enfants qui enchaînent les parties en se marrant comme des p’tits fous.

 

 

Ma petite aventure, le livre dont vous êtes le tout petit héros.

petits-joueurs-approved---logo-smallDans ces deux livres-jeux, nous partons à l’aventure, dans un monde heroic-fantasy pour le premier (lire le Just played) et dans les fonds marins pour le second. À chaque fois, en premier lieu, le jeu nous invite à choisir notre avatar : un personnage ou un submersible spécifique. Puis, l’aventure commence, nous tournons les pages et le livre nous invite à choisir parmi un embranchement via un système d’intercalaires. Petit à petit, nous allons nous blesser ou trouver des objets pour avancer dans notre quête. Ces éléments nous les matérialisons en tournant les petites roues au quatre coins du livre. Malin ! Selon nos décisions (avatar, équipements), les conséquences et les prochains choix possibles ne seront pas les mêmes dans l’histoire. Puis, nous arrivons au bout de notre quête ! Avons-nous réussi ? Totalement ou partiellement ? Qu’importe, on recommence et cette fois, nous allons essayer avec un autre personnage !

livrejeuAtlantide_jeu_ludovox

Pour l’avoir d’abord essayé tout seul en adulte, j’ai été surpris par la richesse du jeu et la beauté du livre. Les illustrations sont magnifiques et l’aventure intéressante et pleine de petits rebondissements (avec quelques fausses pistes mais c’est jamais trop punitif). Les pages sont toilées et solides, même si l’une d’elles n’a pas résisté aux assauts de mon neveu de 3 ans, mais je suppose que le livre n’a pas subi un crash-test avec des enfants de cet âge-là ! ^^

 

Livrejeu_jeu_lUdovox

Quand je l’ai proposé aux enfants, un silence a empli la pièce. Ils ont essayé toutes les possibilités que leur offrait l’aventure. Alors que juste avant nous étions au bord de la crise de nerfs, mes neveux étant de passage et l’excitation plus que palpable. Ce livre-jeu a récemment remporté le prix du Bouclier d’or et c’est totalement mérité. Tim, Clem et Mini-Sha attendent le tome 3 avec impatience. (Pour en savoir plus, lire notre Just Played)

 

arghcoverup

Argh

Argh défend la cause animale (Argh signifie Animals Revolt Against Humans). Les animaux se révoltent contre les humains. Dans ce jeu de bluff, le but du jeu est de gagner le plus de points à la fin de la partie ou bien de faire péter la bombe.

Nous avons 3 tas de cartes, la cuisine, le jardin et le laboratoire. À notre tour nous piochons une des cartes d’un des 3 tas, l’inspectons secrètement, puis nous avons le choix de la placer face cachée dans notre zone de jeu ou de la proposer toujours secrètement à un joueur. S’il l’accepte, il la retourne dans sa zone de jeu, s’il la refuse, c’est nous qui la retournons dans notre zone de jeu. Nous pouvons aussi voler une carte face cachée dans la zone de jeu d’un adversaire.

Si un joueur possède deux morceaux de la bombe, c’est la victoire immédiate. Bien sûr, nous avons des cartes avec des points positifs et des cartes avec des points négatifs !

Ce jeu est une des stars ludiques de la maison, et un des jeux fétiches de Clem qui mystifie souvent ses adversaires, nous sidérant de l’aplomb avec lequel elle nous ment sans ciller. Un excellent jeu de déduction avec les illustrations cartoonesques de la main de madame Anne Heidsieck. Nous avons la toute petite version que nous emportons presque partout, surtout dans le train. Pour en savoir plus, notre Just Played !

 

argh-boite

 

Draftosaurus

Dans Draftosaurus, chacun commence par piocher secrètement 6 meeples-dino colorés. On en choisit un seul que l’on pourra placer sur un des enclos de notre plateau perso avant de passer le reste au voisin (draft). Chaque enclos a une situation (dans la forêt, dans les plaines, côté cafét, côté toilette, etc), une contrainte de pose, et sa façon bien à lui de marquer des points en fin de partie. Pour bouleverser vos plans, un dé de contraintes vous obligera à placer votre dino sur un type d’enclos particulier (cela touche tout le monde sauf le joueur actif). 

 

draftosaurus-jeu-ludovox

 

Draftosaurus est un jeu au gameplay calibré, fluide, agréable et au look mignon. On ne peut pas dire qu’on a un immense contrôle sur ce qu’il s’y passe dans la mesure où on se retrouve souvent à choisir un dino en espérant pouvoir retomber sur un de ses semblables (ou pas) mais tout peut arriver durant le draft (ou pas), sans parler du dé de contraintes qui peut vous bloquer même si vous avez la main idéale. Mais si on se débrouille bien dans le gestion opportuniste des options qui s’offrent à nous et qu’on contre-draft au bon moment, les probabilités sont plutôt équilibrées, et l’aléatoire lisse les chances. Au final, Draftosaurus est bien dans l’air du temps : il s’explique vite, se joue vite, n’est pas punitif, nous gardent tous dans la course jusqu’au bout (nos scores finaux étaient toujours bien serrés), et propose son petit lot de prises de risque. Et les enfants peuvent gagner contre leurs parents, ce qui représente toujours un bel avantage pour jouer tous ensemble en famille.
Côté édition, les meeples-dino et les graphismes sont très engageants mais on regrettera des plateaux un chouia petits (d’autant que la taille de la boîte autorisait des plateaux plus grands) et le fait que cacher et drafter tous les dino dans une main – surtout une main d’enfant – n’est pas toujours chose aisée (pour l’anecdote, ma fille mange souvent une pomme en jouant à son j2s du goûter, bon là, c’est compliqué). Des petits gobelets (ou des paravents si vous avez) feront l’affaire !    

 

enfants

 

Merci d’avoir lu cette 3e édition de cette chronique ! N’hésitez pas à donner votre opinion et faire vos suggestions dans les commentaires. Nous reviendrons bientôt dans une 4e édition.
En attendant, jouez bien avec vos enfants !

 

À lire aussi

> Les petits joueurs numéro 1 : Monza, Farmini, Niwa, Pyramid of Pengqueen, RhinoHero, Splash

> Les petits joueurs numéro 2 : Chop!Chop! Pool Party, Kikafé, Saumon frétillant, Sonar Family, Zombie Kidz Evolution, La soupe à la Grenouille

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

Laisser un commentaire