Le nouveau Hisashi Hayashi, ça Minerve !

Je vous dis, Hisashi Hayashi vous pensez Isaribi, Edo Yshiki, Lostpic2555703_md_large Legacy, Rolling Japan, Sail to India, String Railway, Trains, ou Patronize, bref, vous vous dites, c’est du bon, voire du très bon, ou même du très très bon.

Donc quand on a les règles du jeu du futur Hisashi Hayashi, on salive un peu d’avance. D’autant que lorsqu’un japonais s’attaque à l’empire romain, on est curieux de voir ce que ça va raconter. 

« L’empire romain, un empire si étendu et si puissant que sa renommée persiste encore aujourd’hui.
Pour garder ces vastes territoires sous son contrôle, l’empire romain envoyait des officiers d’état pour exercer ses desseins politiques.

Les joueurs sont un de ces officiers d’état qui est en charge d’une des villes romaines. Ces villes veulent toutes devenir aussi importantes et prospères que Rome, la glorieuse capitale. Seul le joueur qui réussira à développer la meilleure ville pourra gagner les faveurs de la déesse Minerve et ainsi remporter la partie. »

Oh la tuile !

Il s’agira donc d’un jeu de pose de tuiles, récupérable à Essen en précommandant ici

pic2595255_md

Pour gagner les sacro-saints points de victoire, il vous faudra construire des bâtiments militaires, des bâtiments culturels (parce qu’une ville qui se veut digne de Rome doit proposer des activités culturelles telles que le démembrage de chrétiens), mais aussi bien sûr des temples bien placés dans la ville. Bien entendu, tout cela ne se construit pas tout seul. Il faut de l’or mon seignor. Et puis, avoir des beaux bâtiments bling-bling c’est bien gentil, mais à un moment il faut penser à loger les citoyens et donc établir des quartiers résidentiels. 

Rome ne s’est pas construite en un tour

Chaque joueur débute avec 1 tuile forum placée devant lui (c’est votre point de départ pour votre nouvelle Roma), 9 bâtiments résidentiels et 1 jeton de céréales. Au centre, tous les bâtiments, disposés face visible. Chacun va recevoir un petit pécule, en fonction de sa place dans l’ordre du tour (le 1er joueur reçoit 3 denarii, les autres recevront une pièce de plus au fur et à mesure qu’ils s’éloignent de la 1ere place). 

Puis on débute par la phase principale de jeu où l’on va construire des édifices (bâtiment normal ou culturel, temple) en les achetant (payer le coût en ressources ou 3 denarri par ressource que vous ne pouvez pas payer), mais aussi en posant des résidences autour de ces bâtiments précédemment placés afin de les activer. En effet, quand vous posez une résidence vous aurez à choisir une direction (haut, bas, droite, gauche) et vous appliquerez l’effet de tous les bâtiments dans cette direction. Vous avez aussi la possibilité de placer un jeton assistant sur une résidence, cela activera de la même façon tous les bâtiments dans une direction donnée. Les assistants sont achetables avec des denarii ou des PV, mais plus vous aurez d’assistants, plus ils coûteront cher !

pic2538378_md

Les effets des bâtiments sont variés (commerce, production, spéciaux, etc). Vous pourrez recevoir des ressources (avec ou sans choix), vous aurez l’option de payer pour gagner d’autres bénéfices. Parfois, vous aurez des effets qui affecteront les 8 tuiles entourant la tuile activée. Les bâtiments culturels, eux, font gagner des points de culture, de 3 catégories possibles (Théâtre / Art / Universitaire). Il faudra si possible les transformer tout de suite en points de victoire (si vous en avez assez) car ils ne sont pas conservables.

La nuit ne tombe pas à Rome, elle s’élève du coeur de la ville…

Quand un joueur décide de passer son tour, il récupère la plus petite tuile ordre du tour restante : cela désignera sa place dans le prochain ordre du tour. Petite compensation bonus : à chaque fois que son tour est sauté, il gagne 1 denarius. 

pic2595256_md

Quand une manche se termine, on a une phase où l’on peut acheter des assistants et on compte la gloire de tout le monde. Le joueur qui a le plus grand total de jetons de gloire reçoit la tuile marquée d’un « 1st » (premier), le deuxième, « 2nd », etc. Puis on prépare la manche suivante et on continue jusqu’à avoir joué 6 tours complets.

On calculera les scores finaux en additionnant les points culturels, ceux des tuiles de gloire, des temples (ils ont chacun leur propre condition pour rapporter), et vous grapillerez aussi des points grâce aux ressources restantes et enfin via les tuiles d’ordre.

pic2598740_md

Voici donc un jeu de construction urbaine par l’auteur de Trains, et d’après les premiers retours, la rejouabilité serait assez importante. On pense un peu à Glen More, et par Saturne ! C’est pas une mauvaise référence. L’interaction a l’air assez minimaliste mais la progression des combos semble du genre exponentielle. Reste une conception graphique qui n’est pas à la hauteur des standards occidentaux actuels, mais si un jour ce jeu se laisse localiser par chez nous, il subira probablement un petit lifting au passage. Un mode solo est également proposé aux citoyens solitaires. À suivre ! 

>> Préco (Essen)

>> Fiche de jeu

Un jeu de Hisashi Hayashi
Illustré par Ryo Nyamo
Edité par Japon Brand, Okazu Brand
Langue et traductions : Japonais (règles traduites en français sur la fiche de jeu)
Date de sortie : 05/05/2015
De 1 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée d’une partie entre 60 et 90 minutes

1 Commentaire

  1. Photo du profil de atom
    atom 01/06/2017
    Répondre

    Le jeu est relancé via Ks avec une belle refonte graphique : https://www.kickstarter.com/projects/pandasaurus/minerva?ref=nav_search

Laisser un commentaire