king-up-vrai-ok

King’s Gold – monnaie sonnante et trébuchante !

— Eh, moussaillon, brique-moi ce pont, on embarque dans l’heure !

— Mais, m’sieur…

— J’ai eu ma lettre du Roy. Je suis un vrai corsaire maintenant.

— Mais, m’sieur…

— Y’a pas de mais ! Tu es mousse, tu obéis.

— M’ais, m’sieur, y’a vot’ collègue qu’est parti au milieu de la matinée avec lui aussi sa lettre. Et il parlait de galions et d’or…

— Dis voir, mousse, t’as le vertige ?

— Non m’sieur.

— Alors on n’a plus besoin de vigie. Levez l’ancre !

 

Maintenant qu’on a tiré les voiles, laissez-moi vous expliquer de quoi il retourne. King’s gold est un petit jeu de dés qui nous vient de chez Blue Orange.

Les corsaires s’y affronteront sans coup férir, et par un système de dés successifs qui rappelle légèrement King of Tokyo, on piochera l’or du roi, l’or de la réserve, ou même l’or de ses collègues ! Bien évidemment, prendre trop de risques nous expose aux foudres du roi… Comme dirait l’autre emplumé de la Cour, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, hein.

On jette les dés, on tente sa chance jusqu’à trois fois et on gagne (ou perd !) en fonction des combinaisons avant de passer au joueur suivant. Et s’il n’y a plus de sous dans la bourse (qui contient au départ soixante pièces), la partie s’arrête immédiatement !

 

King’s gold vous offre d’expérimenter avec votre avidité en quinze minutes chrono, à se faire des coups bas de façon décomplexée, le tout avec de jolis écus en plastique et des dés aux faces évocatrices. Ben, oui, c’est simple comme un jeu apéro, c’t’affaire !

Avec Stéphane Maurel aux commandes et Piérô au fusain, on aura le droit à des parties colorées et rigolardes ! La piraterie se jouera en famille, dès 8 ans, à partir d’octobre prochain. Et vous serez entre deux et six cupides capitaines à avoir une lettre de recommandation du roi…

 

— Moussaillon !

— J’suis vigie, maintenant, Captaine.

— Tu voudrais pas descendre briquer le pont et nous racler la coque ?

— J’aime autant rester là-haut, mon capitaine. Faire la bise à des boulets, c’est pas tellement mon genre d’affaire…

— Satanée vigie !

Laisser un commentaire