Ishtar ♫ By the river of Babylon ♪

      Certains titres font parler d’eux bien avant leur sortie, grâce à une médiatisation importante, et ça a été le cas pour Ishtar. Cela est sans doute exacerbé par le fait que l’un des papas du jeu n’est autre que Bruno Cathala, accompagné d’Evan Singh, et de la fameuse plume de Biboun (Dice Forge, Deep Blue, Professeur Evil et la Citadelle du Temps, …), le tout étant édité par Iello. Bref, il y avait peu de chance de passer à côté. 

 

Jeu de société Ishtar - Ludovox (4)

 

Ishtar est un jeu compétitif de pose de tuiles et de collecte de ressources, prévu pour 2 à 4 jardiniers, dans lequel il faut tirer parti de Fontaines pour créer et étendre des Jardins, y envoyer des Assistants en prendre le contrôle, sans oublier de récolter de précieuses Gemmes nécessaires à l’amélioration des compétences et à l’achat d’arbres… Tout un programme botanique en somme ! En vidéo, ça donne un Ludochrono et une itw de monsieur Cathala. 

 

Une irrigation intensive

Les joueurs disposent d’un plateau commun et modulaire, agrémenté de Fontaines et de Gemmes, sur lequel ils pourront construire les Jardins.

Ils y placeront des Tuiles Végétations, disponibles sur un plateau circulaire (6 piles de 3 formes différentes) et pourront récupérer les Gemmes ainsi recouvertes.

Un peu à la manière d’un Carcassonne, ces Tuiles Végétations respectent un certain nombre de règles de pose : chaque Tuile doit être irriguée (adjacente à une Fontaine ou une autre Tuile), un Jardin ne doit être relié qu’à une seule Fontaine, les Jardins avec des Assistants de différentes couleurs ne peuvent pas être reliés…

Jeu de société Ishtar - Ludovox (5)

 

Le choix de la tuile Végétation sera donc primordial, tant pour ce qu’elle peut apporter que ce qu’elle peut retirer aux autres !

Si la tuile adjacente (en sens horaire) à l’arrosoir est gratuite, il faudra se délester de quelques précieuses Gemmes pour augmenter son choix et récupérer les tuiles plus éloignées. Parfois coûteux, mais très souvent nécessaire si l’on souhaite une forme particulière, de nombreuses fleurs (et donc points !) ou encore des symboles d’actions spéciales.

IMG_20191012_171915

Le plateau circulaire avec les tuiles Végétations

 

Ces symboles ne sont pas non plus à négliger : les Assistants et les Maîtrises sont à la base de la stratégie d’Ishtar. 

Les premiers permettent de contrôler les Jardins pour scorer de nombreux points : majorité autour des fontaines, nombre de fleurs dans le parterre, …

Les Maîtrises, en échange de deux Gemmes, octroient soit des bonus à usage unique (échange de Gemmes, réserver une tuile Végétation et débloquer un Assistant,… ), soit des conditions de scoring différents (pour chaque Gemmes dans sa réserve en fin de partie, présence d’arbre ou de pierres sacrées autour de son Jardin…).

 

« Planter un arbre c’est se donner 100 ans de vie »

Après avoir choisi et posé sa tuile Végétation, récolté les Gemmes et réalisé l’action spéciale des symboles (Assistant et Maîtrise), il est encore possible d’acheter des arbres. Moyennant quelques Gemmes on peut planter l’arbre de son choix sur une tuile herbe du plateau. Ces arbres sont non seulement sources de points de victoire (selon la rareté des Gemmes dépensées ou si la Maîtrise correspondante est débloquée), mais ils peuvent aussi bloquer les adversaires : un arbre planté au bon endroit peut parfois ruiner tout espoir d’agrandir un Jardin…  

Jeu de société Ishtar - Ludovox (3)

Les Cartes Arbre

 

Lorsque deux piles de tuiles Végétation sont épuisées, la partie se termine et les points sont décomptés selon plusieurs catégories : arbres plantés, nombre de fleurs dans les parterres de nos Assistants, majorité autour des Fontaines et Maîtrises débloquées (5 possibles au total).

 

Une oasis dans le désert

Vous l’aurez compris, Ishtar propose pas mal de façon de scorer. Heureusement les règles et les mécaniques de jeu sont simples à prendre en main, et ça se complique un peu lors de l’explication du décompte foisonnant (en attestent les yeux écarquillés des néophytes en festival). Rien d’insurmontable bien sûr, surtout si vous êtes un habitué (aviez-vous joué à Fertility l’an dernier ?), mais une partie entière et son décompte ne sont pas de trop pour bien comprendre les tenants et aboutissants d’Ishtar.  

Jeu de société Ishtar - Ludovox (8)

Le plateau personnel des Maîtrises. Il faut débloquer la Maîtrise du niveau inférieur pour avoir accès à celle du dessus

 

C’est aussi évidemment ce qui le rend intéressant ! Les Maîtrises sont trop nombreuses pour toutes les débloquer lors d’une partie, il faudra donc faire des choix selon l’évolution du jeu. Ces Maîtrises, associées au plateau modulaire et un tirage aléatoire des tuiles Végétations, offrent une bonne rejouabilité et donnent un petit goût de reviens-y. On voudra les tester toutes et tenter de découvrir par nous-même si une voie est plus payante qu’une autre. Est-ce que valider la maîtrise valorisant les Gemmes, et donc les conserver jalousement, est vraiment plus payant que de planter des arbres à tire-larigot ?

On peut faire confiance aux auteurs pour avoir pondéré toutes les stratégies, c’est en tout cas l’impression qu’on a après plusieurs parties et des résultats serrés malgré des choix diamétralement opposés. 

 

Jeu de société Ishtar - Ludovox (7)

L’un des aspects importants de Ishtar reste également l’interaction : à chaque tour, le plateau évolue, un peu à la façon d’un jeu de go, obligeant sans cesse à s’adapter et à repenser sa stratégie en réponse aux actions des adversaires. Saisir les opportunités et faire les bons choix pour ne pas favoriser les adversaires se révèle capital.

Pour autant, Ishtar n’est pas très impacté par le hasard, puisque la principale source d’aléa provient des Tuiles Végétations dont les Gemmes peuvent permettre de s’affranchir. C’est d’ailleurs ce plateau de distribution des Tuiles Végétations qui apporte la tension et l’intérêt des parties à 3 et 4 joueurs. Sans être mauvaise, la configuration 2 joueurs n’est pas aussi optimale, les actions sont plus prévisibles et ce malgré les plateaux modulaires permettant d’ajuster l’espace au nombre de joueurs.

 

Bref !

Il faut bien l’avouer, malgré un thème original joliment mis en valeur par les illustrations colorées et un matériel qui n’est pas en reste niveau qualité (on se plaît à manipuler Fontaines, Gemmes et Meeples), le jeu reste assez abstrait – on sent l’inspiration jeu de Go. Mais attention, les amateurs du jeu chinois n’y trouveront pas la même profondeur stratégique et les plus jeunes, surement attirés par le look du jeu, risquent de peiner à comprendre toute la portée de leurs actions.

Ishtar s’avère donc un jeu familial plus, fluide et relativement simple, nécessitant une dose de réflexion et d’optimisation, mais surtout d’adaptation constante. Une belle découverte ludique pour ma part !

 

2 Commentaires

  1. Photo du profil de Umberling
    Umberling il y a 17 jours
    Répondre

    Je suis étrangement très mitigé sur Ishtar. Je trouve ça très bon, très malin, retors comme il faut, bien édité et joli, mais impossible d’arriver à adhérer complètement. Il me manque très certainement un truc soit narratif, soit de gameplay pour me causer le wahou nécessaire aujourd’hui…

  2. Photo du profil de FX
    FX il y a 17 jours
    Répondre

    Dommage que le matériel ne soit pas en bois…

Laisser un commentaire