Hyperborea la main dans le sac

Hyperborea la main dans le sac

Situé sur une terre mythique du même nom, Hyperborea est un jeu de civilisation dit "light" pour 2 à 6 joueurs ( 20 min-25min pour chaque joueur environ sachant qu'il y a trois niveaux de difficulté ) des concepteurs de jeux italiens Andrea Chiarvesio ( Kingsburg, Olympus ) et Pierluca Zizzi ( Asgard, Caligula ).
 

Un jeu de Andrea Chiarvesio, Pierluca Zizzi, illustré par Fabio Gorla, Federico Musetti, Miguel Coimbra, édité par Asterion Press, Yemaia

 

 

Chez nous le jeu sera distribué par Marabunta ( qui fait aussi du consulting sur la conception du jeu ) pour environ 60e d'ici la rentrée si l'alignement des astres Hyperboréens le veut bien. La sortie en anglais se ferra naturellement pour la GenCon. Pourquoi naturellement dit-elle ?

Et bien parce qu'il s'agit d'un jeu typiquement "eurotrash" avec de la gestion et de l'affrontement, exactement ce qu'ils aiment là-bas, et ce qu'on aime aussi de plus en plus, en fait ce qui met un peu tout le monde d'accord quoi. Et puis la GenCon est en train de devenir THE place to be quand on est un jeu qui sort, au point que bientôt Essen va être tout jaloux. :-(

Ambiance pitchée

Le jeu commence au moment où la barrière magique qui protégeait l'accès au continent mythique de l'Hyperborée tombe soudainement. Timbeeeeeeeer !

Chaque joueur prend le rôle du chef d'un petit royaume situé sur les terres inexplorées. Votre royaume a des connaissances qui sont au départ limitées ( logement, commerce, déplacement, guerre, recherche, croissance ), mais de nouveaux pouvoirs sont cachés dans l'Hyperborée…
Pendant le jeu, vos armées vont croître, vos territoires s'étendre, vos technologies se développer, toussa toussa, un jeu de civilisation on vous a dit.

 

Après le deck building, le dice building, bienvenue au bag building

La mécanique principale du jeu a décidé de s'appeler le "bag-building", peut-être un peu inspirée de ce qu'il se passait dans Yggdrasil et peut-être vous ferra-t-elle penser de façon lointaine dans le noir avec un carton sur la tête à ce qu'il se passait dans Steam park mais orienté quand même autrement. Voilà une phrase qui ne vous aide pas beaucoup hein. C'est balo.

En fait, vous allez avoir un petit sac en tissu et vous allez choisir peu à peu quels cubes vont plonger dedans. De là à dire que le jeu à plus d'un tour dans son sac, il n'y a qu'un pas que vous savez que je franchirais sans aucune hésitation.

Et puis ?

Et puis vous allez ensuite placer vos petits cubes tirés du sac en réfléchissant bien fort. En effet, à chaque tour, les joueurs tireront trois cubes aléatoirement de leurs sacs puis les utiliseront pour activer les connaissances ( technologies ) dont ils sont les heureux bénéficiaires. Une fois qu'il est posé le cube il bouge plus, il est tranquille, il est pénard, du moins jusqu'à ce que tous les cubes du sac soient posés : il faut donc bien réfléchir avant d'agir, gérer le roulement de votre petit sac et le placement de vos petits cubes.

Ha oui, il faut que je vous dise que vos cubes représentent les spécialisations de votre royaume : la guerre, le commerce, le mouvement, la construction, la connaissance, la croissance. Il y a même des cubes "gris" représentant la corruption et le gaspillage : les joueurs vont les acquérir par le développement de nouvelles technologies ( l'explication c'est que "le pouvoir corrompt par définition, et plus une société devient complexe plus elle génère de déchets", tenez-vous le pour dit ).

Et, ce qu'il se passe, c'est que sur votre plateau individuel, vous avez différentes combinaisons possibles : des actions que vous déclencherez en posant vos cubes, par exemple si on pose un cube "population" et un cube "militaire" on pourra procéder à l'action militaire d'attaquer avec des figurines soldats en vrai plastique de Chine. Et comme on dit là-bas, à lapin futé, trois terriers. Et oui.

Donc voilà, pour résumer, dans Hyperborea vous tirez vos cubes pour mettre à sac (clinc clinc*).

Et quand vous partez à la guerre, vous ressemblerez un peu à ça :

Belligérance, échauffourée, heurt, tamponnement mais aussi optimisation, gestion, maximalisation, rationalisation, taylorisation : c'est bien de l'eurotrash véritable 36 carats. Alors, l'affaire est dans le sac ?


* "clinc clinc", pour les non connaisseurs, c'est le doux bruit si typique du clin d'oeil

Laisser un commentaire