Grand Austria Hotel arrive dans l’hexagone

Grand Austria Hotel arrive enfin en français ! Il est traduit chez Funforge et débarque d’ici la fin du mois.

Grand Austria Hotel est une création d’un duo d’auteurs (Virginio Gigli et Simone Luciani) qui a déjà collaboré sur Lorenzo le Magnifique (ce dernier sort aussi ce mois-ci, chez Atalia, lui).

 

Grand_Austria_hotel_Jeux_de_societe_Ludovox(1)

 

Pitch avant le déjeuner

“Vienne, début du XXe siècle. Artistes, dignitaires et touristes du monde entier s’installent aux terrasses les plus réputées de la capitale impériale, en quête d’une bonne chambre pour la nuit… mais la concurrence est rude ! Saurez-vous assurer un service irréprochable et transformer votre café en hôtel de luxe ? Recrutez du personnel, remplissez les commandes de vos clients, et gagnez les faveurs de l’empereur. Ce n’est qu’ainsi que votre établissement deviendra le Grand Austria Hotel.”

Concrètement, il va s’agir d’avoir le plus de points de victoire (PV) à la fin des 7 tours de jeu.

 

Comment ça marche ?

Pour débuter, vous prenez chacun votre plateau hôtel, 20 sous et des cartes employés que vous pourrez engager.

Grand_Austria_hotel_Jeux_de_societe_Ludovox(3)

 

Puis, un joueur lance les dés (le nombre de dés varie selon le nombre de joueurs) et les trie par valeur un peu à la manière d’Yspahan, si vous connaissez.

Il y a six cases sur le plateau. Quand on lance les dés, tous les 1 vont toujours au même endroit, les 2 font de même, etc. 
 

Tout cela conditionne les actions que les joueurs vont pouvoir réaliser. Si par exemple aucun « 3 » ne sort, alors l’action 3 ne sera pas disponible. 

 

Grand_Austria_hotel_Jeux_de_societe_Ludovox(1)

 

Ensuite, à son tour, un joueur peut prendre une des cartes client dispo sur le plateau et la placer sur son plateau individuel. Un client « bleu » devra aller sur un emplacement de chambre de la même couleur. On a des emplacements limités. 
Après quoi, il choisit un dé et réalise l’action multipliée par le nombre de dés. Vous pouvez ainsi récupérer des ressources, ouvrir des chambres, prendre de l’argent, monter sur la piste de faveur de l’empereur, ou bien embaucher un employé que vous avez en main. Chaque joueur jouera 2 actions par tour.

 

Grand_Austria_hotel_Jeux_de_societe_Ludovox(4)

 

Si vous comblez le client en lui donnant ce qu’il était venu chercher (café, vin, gâteau…), cela vous rapportera des précieux points de victoire seulement si vous pouvez le loger dans votre hôtel (les clients bleus dans des chambres bleues, etc).

Cerise sur le strudel, certains clients vous offrent une action bonus qui permettra de faire des combos en cascade (et hop j’ouvre une nouvelle chambre, ou je peux embaucher un employé sans avoir besoin de faire l’action…) autant dire qu’il vous faudra jouer de ces combos pour mériter votre victoire.

Les employés qui viennent à votre service vous permettent aussi de comboter : gain de ressources, PV pour chaque chambre rouge, vous voyez le genre. Et il y en a beaucoup.

 

L’empereur, encore lui !

Mais il n’est pas dit que gérer son hôtel soit une sinécure ; il ne faudra pas oublier l’empereur car 3 fois dans la partie on procède à un décompte sur la piste « empereur » et s’il est content de vos services, vous gagnez un bonus… Mais s’il est mécontent, il vous punit avec un malus.

Au bout du 7e tour, on compte les PV pour les objectifs et les cartes employé. Les clients que l’on n’a pas pu loger nous font perdre des PV.

 

Grand_Austria_hotel_cover

 

Un jeu 3 étoiles ?

Voilà un jeu où vous devez tout surveiller : vos ressources, l’argent, et surtout la piste de l’empereur. Austria offre une grande modularité grâce à des cartes objectifs différentes à chaque partie. Les plateaux hôtel possèdent une face commune, mais aussi une autre avec une asymétrie. On peut drafter les cartes employés au début de la partie (et on vous le conseille d’ailleurs).
Il s’avère très bien à deux joueurs et jusqu’à trois joueurs. À quatre, il faudra savoir patienter car le système de tour entraîne un peu d’attente (le premier joueur joue sa première action et attend que tous les joueurs aient joué la leur avant de réaliser sa dernière action). Côté illustration, c’est classique, peut-être un peu figé, mais claire comme Klemenz Franz sait si bien le faire. La boîte vous reviendra pour une quarantaine d’euros.

 

La fiche de jeu 

Un jeu de Simone Luciani, Virginio Gigli
Illustré par Franz Klemens
Edité par Lookout Games, Mayfair Games
Distribué par FunForge
Langue et traductions : Allemand, Anglais, Français
Date de sortie VO : 10-2015
De 2 à 4 joueurs
A partir de 12 ans
Durée d’une partie entre 60 et 120 minutes

 

 

8 Commentaires

  1. Photo du profil de Grovast
    Grovast 26/06/2017
    Répondre

    Grovast approved (et en draftant oui).

    • Photo du profil de atom
      atom 26/06/2017
      Répondre

      atom approved aussi(mais a 2 ou 3 joueurs maxi).

  2. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 26/06/2017
    Répondre

    Il est en boutique. J ‘y croyais pas vraiment à une VF. Du coup, plus de raison de ne pas aller à l’hôtel

  3. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 26/06/2017
    Répondre

    Quel super timing entre Funforge et Atalia pour le coup :-/
    Question subsidiaire pour les éventuels spécialistes : c’est lequel le mieux des 2 entre celui-ci et Lorenzo ?

    • Photo du profil de atom
      atom 27/06/2017
      Répondre

      Pas facile je dirais que c’est selon tes attentes, j’ai pas mal pratiqué Grand Austria Hotel et c’est un jeu assez simple a jouer, bien sur beaucoup plus compliqué a bien jouer. J’aime bien le fait de faire des combos avec les clients et avec le plateau perso quand on les loge dans les chambres. Combos aussi avec les cartes employés que l’on drafte (c’est mieux) au début du jeu). un peu frustrant surtout quand l’empereur n’est pas content, mais on arrive toujours a faire quelque chose. il faut aussi éviter d’être trop gourmand car un client non logé c’est des Pv en moins.

      Pour ce qui concerne Lorenzo il magnifico, j’ai l’impression (je n’y ai pas joué) qu’il est plus frustrant, de ce que j’en ai entendu si on gère pas au cordeau, on peut faire une partie bien compliquée.  Je suis très tenté.

      Je rajoute dans l’équation l’extension de Orléans Trade et intrigue qui est pour moi un petit bijou,  d’abord la compétition sur la carte pour aller chercher des ressources prend un tout autre sens puisque l’on peut réaliser des cartes objectifs en livrant a la ville les ressources demandées, ce qui fait que l’on programme un peu son parcours selon les cartes villes. Bien sur on peut se faire coiffer au poteau. Au lieu du plateau mairie on a deux nouveaux plateaux dont un (intrigue) qui propose de l’interaction un peu vicelarde, j’envoie un artisan (a vérifier) et je te vole une roue technologique, oh c’est trop bête tu peux plus faire ton action.  De plus on peut si on le souhaite parlementer : bon écoute si tu me donnes deux fromages j’abandonne mon action qu’est ce que tu en penses ? Bref ça change bien le jeu.

      • Photo du profil de Dr. Jacoby
        Dr. Jacoby 27/06/2017
        Répondre

        merci pour la réponse Atom ! Je ne peux que t’encourager à jouer à Lorenzo histoire d’étayer un peu plus ton propos 🙂

  4. galuf 27/06/2017
    Répondre

    tres bon jeu, et article 🙂

    • Photo du profil de atom
      atom 27/06/2017
      Répondre

      Merci, c’est plus une news j’ai survolé, je ne suis pas allé dans les détails. Restez branché car quelque chose me dit qu’il devrait y avoir un jour un article plus complet sur ce jeu. (et il le mérite ^^)

Laisser un commentaire