Gozu Zone, la start up d’impression 3D qui aime les joueurs : discussion avec John Voscain

JB et Fabien sont des gamers parisiens élevés aux figurines Rakham et à Citadelle de Faidutti sans oublier les bons vieux Magic, Risk ou Junta.

Ils ont décidé un beau jour de l’an 2014 de se lancer dans une entreprise d’impression 3D novatrice : Gozu Zone™ (car « Gozu signifie très bon joueur, « gaoshou » peut se traduire « main experte » en chinois » nous disent-ils).

Avec cette start up, ils gèrent aujourd’hui la conception, la production, la fabrication, le packaging et même la distribution de pièces imprimées en 3D jusqu’en boutiques. La révolution 3D est en marche !

Discutons avec l’un d’eux, John Voscain aka JB, pour en savoir plus sur leur aventure…photo

 

Hello JB. Dis, comment as-tu rencontré Fabien ?

« Nous nous sommes retrouvés autour d’une passion pour l’impression 3D. Jean-Baptiste cherchait un partenaire de choc, ingénieur qui s’occuperait du côté technique et touche-à-tout. »

 

Comment est née Gozu zone ?

« Nous avons décidé de créer Gozu Zone™ après avoir réussi à développer en vingt jours seulement notre premier accessoire, un set d’astéroïdes 3D compatibles avec X Wing™. Le premier produit imprimé en 3D et fini (pas de prototype) conçu à Paris et livré en boutique à quelques centaines de mètres de là, chez Troll2jeux. C’était en octobre 2014. Le monde du jeu est donc le fer de lance de cette nouvelle révolution industrielle (foule en délire) ! »

 

Portes 3D compatibles Zombicide

Portes 3D compatibles Zombicide

 

Quels sont les avantages de l’impression 3D ?

« Aucun. Ça coûte super cher, ce n’est pas fiable, la finition est pas terrible et c’est trop lent (rires). Bon, on a tout de même réussi à y trouver des avantages, avec un peu (beaucoup) d’huile de coude.

Les accessoires et pièces de jeux peuvent sortir très très vite. En effet, nous pouvons concevoir, valider, produire et livrer une boutique en quelques jours. Par exemple, entre le moment où nous décidons de concevoir une pièce simple, comme des sous-socles compatibles avec Zombicide™, et celui où celle-ci est disponible à la vente en boutique, il peut se passer 5 jours…Un autre record a été battu avec des caisses génériques compatibles aussi avec le jeu Krosmaster™. En revanche, il y a d’autres produits où nous perdons encore beaucoup de temps. Un mois et demi est pour nous extrêmement long.

Autre aspect avantageux, nous sommes très proches et réactifs. Nous sommes situés à Montreuil, en Île-de-France, et nous produisons localement. Cela comporte certains intérêts avec nos partenaires. On est là pendant le nouvel an chinois, et ils n’ont pas à attendre des semaines pour une expédition ou à attendre de nouvelles semaines pour corriger des défaillances. »

first_player

Le crâne 1er joueur

 

Et puis vous pouvez créer librement ce que vous voulez ?

« Oui, on a la possibilité de sortir des pièces qui autrement n’auraient pas existé… »

 

Comment est-ce possible ?

« L’impression 3D va permettre l’émergence de toute une gamme de nouveaux accessoires et pièces de jeux qui autrement, n’auraient jamais vu le jour. La première raison, c’est le nombre d’unités minimales à réaliser pour que la réalisation des pièces soit rentable. Avant, il fallait passer par un moule injecté en plastique, souvent fait en Chine, qui pouvait placer une barrière financière à 1000€ environ par modèle. Cette barrière vient encore d’être abaissée avec l’impression 3D. Il faut toutefois encore des ressources pour modéliser ou savoir-faire modéliser ses pièces et surtout adapter celles-ci à une production en séries pour l’impression 3D, qui nécessite aussi de l’huile de coude.

Les astéroïdes 3D compatibles avec X-Wing™, que nous avons proposé sont des compléments pour des jeux de passionnés. Ils n’existaient pas dans le jeu de base, nous les avons proposés à la demande d’une boutique et des joueurs. Le nombre de joueurs intéressés pour ce type de pièce n’était sans doute pas suffisant pour que FFG, l’éditeur américain du jeu, décide d’en injecter en plastique, ou bien ce n’était pas dans ses priorités, et ce dernier se concentrait sur les vaisseaux. Entre-temps, nous l’avons fait et les joueurs sont plutôt contents. »

gozuzone-tuckbox-gray-sleeves-50-100-570x570

Boîtier pour ranger vos cartes

 

Comment vous répartissez-vous les tâches tous les deux ?

« À nous deux, nous essayons d’avoir autant de bras que Shiva (rires). Avec tout ce qu’il y a faire, c’est pas du luxe. Fabien s’occupe de toute la partie technique (système, avec la partie production, maintenance et pilotage des machines, logicielle, avec le site de vente en ligne et la gestion du parc machines, design), et moi je m’occupe des relations avec les communautés de joueurs (community management), éditeurs, des rencontres avec les boutiques et des sorties de produits, de tout l’administratif, des tests et de la validation des designs, logistique…). »

 

Parle nous de vos ambitions avec Gozu zone…

« Nous souhaitons que demain, des joueurs fans de leurs jeux favoris puissent se procurer des accessoires imprimés en 3D et des pièces en boutique, que nous aurions conçus, fabriqué et distribué avec les éditeurs.

Nous sommes aujourd’hui les seules têtes brûlées à maîtriser toute une chaîne de conception, production, fabrication, packaging et distribution de pièces imprimées en 3D et à avoir des produits imprimés en 3D en boutique. »

 

Sur quoi avez-vous d’ores et déjà travaillé ?

« Nous avons déjà travaillé sur des accessoires de jeux de société pour X Wing™, Zombicide™, Krosmaster™, en cours, et aussi sur des boîtiers compatibles avec les principaux formats de carte (mini-american, standard, tarot…), qui sont assez demandés. Nous avons aussi d’autres lancements en cours… »

 DSC_1005

 

Est-il vrai que vous travaillez dans quelques mètres carrés avec 10 imprimantes 3D ? Et… on dit qu’elles ont toutes été baptisées. C’est vrai ?

« Oui ! On travaille bien dans 9,6m² pour l’instant, avec 10 imprimantes, Fabien et moi. On voulait d’abord baptiser les machines avec une bouteille de champagne, comme les bateaux, mais comme ça coûtait cher et que ça abîmait les machines, on a décidé de juste imprimer leur nom. Nous avons pris des noms de déesses grecques, qui peuvent être capricieuses et arbitraires. Quand on a un problème sur une machine, on peut entendre quelques commentaires dans l’atelier comme «  Elle nous en fait baver Arthémis… ». « Alerte ! Méthis vient de planter son démarrage… » . Ça nous permet de relativiser sur le fait que des machines censées être identiques sont en réalité très différentes et possèdent chacune leurs points forts et faibles (une personnalité en somme)… »

 

Wicked ! Et avez-vous déjà travaillé directement avec des éditeurs ?

« Pour l’instant, nous avons travaillé directement avec des auteurs de jeux. Nous avions approché certains éditeurs et distributeurs l’année dernière avec un bon accueil et de premiers liens initiés. Nous cherchons à l’avenir à travailler avec des éditeurs, si les conditions nous le permettent. »

 

casse-tête

Casse-tête Cross

 

À quoi ressemblerait votre éditeur idéal ?

« Il rechercherait un maximum d’immersion dans ses jeux, il lui suffirait de  peu de pièces à réaliser pour faire la différence. Il y a une vraie demande de la part des joueurs qui rejouent régulièrement à leur jeu et il serait prêt à nous déléguer la conception, la production, le packaging et la distribution de ses accessoires dans notre réseau. En effet, les coûts étant très élevés, ce n’est qu’en concentrant plusieurs de ces métiers qu’on réussit l’exploit d’être présents en boutique et intéressants pour un éditeur. »

 

Bon, et n’importe qui peut vous envoyer ses idées ?

« Oui ! Vous pouvez formuler des requêtes. Après, nous vous demanderons de nous convaincre que cela représente un vrai besoin pour beaucoup d’autres joueurs, et si ça colle, on pourra en faire un produit. Les requêtes très spécifiques sont plutôt de l’ordre de la prestation et il faut un budget très important pour. »

TIE_ADVANCED_PACK

Des boites pour vos Tie

 

Merci pour toutes ces réponses… Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

« Plein de partenariats solides avec les éditeurs, plein de joueurs contents avec une vaste de gamme d’accessoires de jeux de société et de plateau… »

 >> Le labo Gozu

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Nelijah
    Nelijah 18/06/2015
    Répondre

    Excellent article et je tire mon chapeau aux deux ingénieurs, il faut oser se lancer dans un marché qui de prime à bord n’a pas l’air très fleurissant, si vous étiez en suisse, je vous acheterais volontiers qqch ^^

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 18/06/2015
      Répondre

      Merci Nelijah ! Oui pas un easy market, ils ont du mérite, en tout cas ils se donnent du mal pour que ça marche et j’espère pour eux que ça va tourner.

    • Photo du profil de Fabien de Gozu Zone
      Fabien de Gozu Zone 13/09/2015
      Répondre

      Merci à vous 🙂 ( réaction hyper tardive … )

      C’est bien vrai que cela n’est pas toujours facile ! C’est un marché complexe mais entre nous c’est quand même hyper fun 🙂

      J’en profite pour partager  nos comptes sur les réseaux sociaux pour celles et ceux qui souhaiteraient suivre nos infos !

      facebook
      Twitter
      Instagram
       
      Ludiquement votre

      Fabien
       
      PS : Nous livrons en Suisse !

       

Laisser un commentaire