2 Commentaires

  1. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 17/08/2016
    Répondre

    Bravo à Mathieu pour avoir mis son interlocuteur dans les rails, parce que je dois avouer que j’ai pas compris grand chose à comment on joue au jeu, et j’aurais encore moins compris sans les questions d’Umberling.

    Du coup je suis hyper sceptique, parce que la seule chose que j’ai retenue c’est: « Oh, vous pouvez améliorer vos équipements, avec des cartes super cool. » Et « regardez y’a des points de vie. » Bref pas très vendeurs à CMON. Vous avez pu y jouer?

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 19/08/2016
    Répondre

    Oui, on y a joué plein de fois, et il y aura bientôt un article dessus ainsi qu’un ludochrono. C’est un très bon petit jeu, de 3 à 5 joueurs, pour une durée de 30/45min.

    On incarne des chasseurs de monstre : à chaque tour, on révèle un monstre sachant qu’on a un Boss visible qui va donner un effet à toute la partie (genre, tous les joueurs ont deux points de vie de moins).

    On a un tour pour buter le monstre du moment, si on arrive pas, il s’en va avec ses précieux trophées (plus on gagne de trophées, plus ça rapporte de pv en fin de partie, mais pour en avoir, il faut que le groupe fasse tomber la bête à zéro point de vie).

    On va donc tous secrètement choisir une carte de notre deck, et la révéler face visible simultanément.

    Au départ, tout le monde a le même deck, composé de quelques cartes, avec des armes plutôt faiblardes, de corps à corps ou à distance. Un autre carte permet de snooker tout le monde : tu regardes ce que les autres ont joué et tu choisis après ton arme.

    On joue donc nos cartes pour faire un max de dégâts car contrairement à Sang rancune, chaque dommage correspond à des points.

    Le truc c’est qu’il faut jouer une carte spéciale, le hunter dream, pour banquer définitivement nos points (sinon on peut les perdre si on tombe à zero point de vie, ce qui arrive relativement fréquemment car les monstres attaquent).

    Faire hunter dream permet également de choisir une nouvelle carte depuis une petite rivière.  Et là, elles sont toutes bien bourrines et sympa.

    Les decks vont devenir asymétrique et il faudra retenir ce que les autres ont en main pour les contrer, en devinant quand ils vont jouer leurs atouts.

    Enfin, avec hunter dream, on ne peut pas taper le monstre, mais on remonte au passage ses points de vie au maxi et on récupère toutes les cartes qu’on a défaussé jusque maintenant. Jouer cette carte au bon timing est donc cruciale, d’autant que nos decks restent très courts : 7 cartes max.

    Il y a des cartes qui permettent de faire des dégâts sur nos adversaires, d’autres qui font autant de dégâts au monstre que ce qu’on se prend nous-même dans la tête pendant le tour, d’autres encore qui balancent autant de dommages qu’on a d’un type d’armes dans sa défausse, etc. Bref, c’est fun et malin.

     

     

  3. Photo du profil de Umberling
    Umberling 19/08/2016
    Répondre

    Oui, après coup. Sean va un peu vite dans les explications. Après le guessing initial, la résolution comporte peu de choix jusqu’au Hunter’s Dream. On a un nombre d’options limitées mais toujours signifiantes, et la prise de risque est réellement bien gérée. Presque minimaliste dans son approche, peut à la rigueur convenir aux moldus. Pas impressionnant, je pense que la volonté de CMON était de rattraper les wagons du jeu vidéo pour les mettre sur ceux du jeu de société.

Laisser un commentaire