gai-up-ok

Gaïa : que c’est hot !

Gaïa est le 1ere référence éditée par les canadiens de chez Tiki Editions et nous leur souhaitons de réussir car ça sent la passion à plein nez !

La belle histoire de Gaïa

A la base, le jeu s’appelait Creationa et il fut le gagnant du Plateau d’Or, c’est-à-dire du prix du public des journées ludiques de Québec.

Puis, un sondage Facebook eu raison de ce premier titre et il fut renommé Gaïa. Simple, court et beau – à l’image du jeu du montréalais Olivier Rolko, en tout cas à ce qu’il parait.

Tiguidou ! Tu vas l’envoyer ton pitch ?

« En 30 minutes vous construisez le monde et le peuplez. Créez des forêts, des montagnes, des plaines, des mers, des déserts… Construisez-y des villes et essayez de rendre les peuples heureux pour gagner. Mais les autres joueurs utiliseront leurs pouvoirs divins pour modifier le monde en leur faveur. Le jeu propose 3 niveaux :

– Familial, jouable dès 8 ans avec un beau jeu de construction, simple et élégant.

– Avancé, où vous intégrez l’utilisation des pouvoirs divins (tremblements de terre, inondations, éruptions volcaniques, éclairs…) pour une expérience de jeu plus riche encore.

– Expert, où vous découvrirez un jeu plus agressif qui conviendra aussi aux gamers chevronnés. »

Et bhé, ça c’est pas du pitchounet.

Reprenons l’histoire. C’est dingue c’est quoi ces pitchs qui arrivent sans crier timbeeer ?!

Le jeu était d’abord prévu pour Kickstarter et finalement ils ont décidé de l’imprimer directement. Bonne nouvelle si vous traînez du côté de l’Allemagne le mois prochain, il y aura 250 copies disponibles sur Essen (25€) en français et en anglais dans le texte.

Derrière le jeu, il y a donc Olivier Rolko dont c’est la première création, mais aussi un certain Xavier Georges (auteur de Ginkgopolis, Carson City, Palais Royal, co-auteur de Troyes, Tournay) qui a donné quelques idées. Rien que ça. Au niveau graphismes, saluons le coup de crayon de Julien Castanié, encore un talent diplômé des Gobelins de Paris qui a décidé de poser ses valises à Montréal.

Oui mais encore ?

Et bien, il s’agit d’un jeu de placement de tuiles mes amis, de contrôle de zone et d’influence avec des cartes pouvoirs qui viennent nous twister le scénario de l’intérieur. Les parties durent une demi-heure, à peine plus (tiens, une pause de midi ?).

Vous pourrez créer une terre, y instiller de la vie, ériger des cités, tenter de satisfaire les besoins de tous ces braves gus, et user de vos pouvoirs pour modeler le monde à votre avantage. Pas de points de victoire ! Vous avez 4 meeples de bois. Placez-les sur le plateau et gagnez !

Bref, nous n’avons pour le moment pas le livret de règles, mais quelque chose me dit qu’astheure on tient l’un des jeux les plus prometteurs de l’année dans sa catégorie ! C’est hot en cr**s ! (Appellation d’origine canadienne contrôlée censurée par le comité des biens pensants du vox. Tab***ak !! Depuis quand on censure des expressions canadiennes ici ? Mais où va le monde ?? Non, non, je ne veux pas savoir…).

 

>> The fiche

7 Commentaires

  1. Photo du profil de Cruncher20
    Cruncher20 16/09/2014
    Répondre

    J’ai du me forcer à lire ton article après avoir vu les « o**** ». Dans le titre en plus. Je ne vois pas trop la valeur rajouté. En fait j’aimerais bien voir dans les commentaires une autres personnes qui trouvent agréable se genre de langage et peut-être je vais réaliser que je suis seul au monde. Dommage d’avoir choisie cette façon d’exprimer ton excitation… Et je ne dis pas ca parce que je suis francais puisque je suis québécois. Ce que tu identifies comme censure je le vois plutot comme « de mauvais gout ».

    Ceci dit, au final le reste de l’article valait la peine d’être lu et extrêmement intéressant. Le jeu a l’air particulièrement savoureux et je vais garder un oeil sur celui-ci !

    • Photo du profil de Sha-Man
      Sha-Man 17/09/2014
      Répondre

      Bonjour à toi Cruncher, nous nous excusons pour ce langage car effectivement on nous a fait remarquer à quel point celà était vulgaire en Québecois, ce qui est dur à imaginer pour nous vu que le mot n’a pas du tout cette connotation.

      Nous avons déjà changé en mettant des *. Pour tout te dire, cela nous amuse, sans méchanceté rassure-toi, ces termes que nous n’employons pas dans le même sens et celà était fait de le but de faire un clin d’oeil, qui pour le coup est bien raté.

      Comme nous l’a fait remarquer Christian du Scorpion Masqué (merci à lui), on ne mettrait pas un titre d’article en Français qui dirait « Oh Putain que c’est chaud ! ».

      Mais sois sur que nous avons appris de cet impair…

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 17/09/2014
      Répondre

      Toutes mes plates confuses à la communauté québécoise que je n’avais bien sûr pas l’intention de choquer. En effet, on m’a signalé dans mon oreillette à quel point le mot du titre était vulgaire à vos oreilles, mais comme nos jurons français n’ont aucun poids chez vous, les vôtres nous font sourire et j’avoue me délecter de jouer avec pour leur sonorité exotique.
      Je me sens un peu comme une enfant qui aurait joué avec le feu du coup. Contente que le reste de l’article vous a convaincu de rester chez nous quand même 🙂 

      • Photo du profil de Cruncher20
        Cruncher20 20/09/2014
        Répondre

        Je suis de nature chatouilleuse il y parait 🙂

        Il faut comprendre que les jeux de société n’ont pas tellement la côte au québec (du coté francophone) comparé à vous et que je suis un fervant évangélisateur.  Des lors je sais que beaucoup de québécois francophones finiront par trouver leur information sur votre site qui soit dit en passant est excellent !  Je suis bien content que mon commentaire a été pris en compte et je détecte beaucoup de respect et de légèreté après avoir vu vos explications.  

  2. Photo du profil de Micha
    Micha 17/09/2014
    Répondre

    Bô, simple, probablement efficace… Ça sent la rareté à tester et à se procurer à essen… –> wishlist 🙂 

  3. Photo du profil de LAuCoBa
    LAuCoBa 20/09/2014
    Répondre

    Pour info il n’y aura que 260 exemplaires du jeu à Essen… en anglais (en tout cas la règle dispo ne sera que celle dans la langue de Shakespeare)

    Mais pas d’inquiétude puisque le jeu est  « indépendant du language » et que les règles VF sont ICI

    Je vais essayer d’en avoir une boite (si préco) sinon j’attendrai sagement la sortie en boutique

Laisser un commentaire