murder-party

Fatal Rendez-vous pour une soirée mortelle

Le jeu d'Olivier Finet était sorti en 2005 chez Defifoo (c'était le Défifoo Noir) et le revoilà chez Gigamic sous le nom de Fatal Rendez-vous pour environ 20 euros.

Il s'agit d'une sorte de murder party qui se pratique de 5 à 20 joueurs amateurs de sensations polars sauce Grandeur Nature et autres folies qui engagent le corps et l'esprit. Hmm. Oui, vous allez voir, c'est physique comme jeu.

Contexte.

Vous êtes invités dans un manoir et un Majordome vous accueille les bras ouverts. Parmi vous se cachent deux Assassins notoires qui comptent bien remettre le couvert.

Le but du jeu change donc selon votre rôle secret : un Invité devra trouver les criminels et les arrêter, tandis que ces derniers vont chercher à éliminer des Invités sans se faire démasquer.

Noir comme le papillon (de nuit)

Le noeud papillon noir ira orner le cou du Majordome, ce joueur devient alors le Maitre du jeu et peut commencer à parler fort et à gesticuler beaucoup pour attirer l'attention car c'est lui qui va timer le tout.

Moins fun, il faut aussi qu'il installe deux chaises côte à côte dans un coin : c'est ce qu'on appellera la prison.

Il va ensuite distribuer les cartes aux joueurs : chacun va pouvoir prendre connaissance de son rôle – mais il faudra garder tout cela secret (seul le Majordome est en droit de demander et peut connaître vos secrets les plus inavouables sur votre personnalité).

Nuit noire et obscure et fatale (et sombre)

En tant qu'Invités vous avez 5 tours pour vous sortir de ce traquenard sachant qu'il y aura 5 crimes dans ce merveilleux week-end.

Oui deux par jour, sauf le vendredi, ou il n'y en aura qu'un (c’est relâche et puis faut bien commencer le week-end en douceur).

Chaque tour débute dans l'allégresse par un meurtre.

Comment allons-nous figurer cela sans se tâcher ?

Les joueurs marchent dans la pièce et au "Top!" du Majordome, tous s'arrêtent et ferment les yeux. Un des deux Assassins qui rôdent parmi les bonnes âmes va pouvoir agir : il va aller tapoter l'épaule de sa victime qui devra absolument garder les yeux fermés mais devra lever les deux bras genre "coucou c'est moi le mort !" ou presque. Elle devra laisser 10 secondes à son Assassin afin qu’il puisse retourner à sa place.

Une fois son décompte silencieux terminé, elle peut hurler et simuler sa mort tragique avec force ketchup et convulsions si elle le souhaite (le role-play est apprécié mais chacun ses limites). Tout le monde ouvre alors les yeux sur l'horreur de la situation.

Le meurtre en plein jour est un peu plus discret encore, mais se pratique les yeux ouverts. Ou presque. On fait cela avec des clins d'oeil. Mais c'est une règle qu'on applique uniquement si on est plus de 10 joueurs (à moins nombreux, on se contente des crimes de nuit, ).

Usual Suspects

Ensuite les Invités vont pouvoir papoter 2 ou 3 minutes, puis voter. Au "top!" du Majordome (qui est décidément au top… surtout avec son noeud papillon) chaque Invité va désigner deux joueurs. On compte ensuite le nombre de voix et on envoie en prison -derrière les barreaux de chaises- deux joueurs qui auront été un peu trop suspects.

Pour gagner, les Invités devront envoyer les deux Assassins en prison avant que les 5 meurtres ne soient commis. Là où on trépigne d'avance, c'est qu'il y aussi une paire de menottes dans le jeu. Je vous avais dit que ça serait physique.

Du perso à la carte

On pourra rajouter un petit peu de piment d'Espelette quand les joueurs commenceront à bien connaître le jeu.

En effet, chaque Invité va pouvoir recevoir une carte : par exemple le Cardiaque qui trépasse à 5 secondes, l'Insomniaque qui peut ouvrir les yeux à ses risques et périls, la Vamp qui va charmer un autre joueur (il devra voter la même chose qu’elle), l'Alchimiste qui revient à la vie, le Myope qui ne voit pas les clins d'oeil de l'Assassin (c'est balo hein), le vampire qui échange sa carte avec l'Assassin si celui-ci essaie de le tuer, bref de quoi ajouter une bonne touche d'aléatoire et de surprise dans vos soirées meurtres.

Thiercelieux inside

Les habitués auront reconnu la pate des loups-garous de Thiercelieux, en effet ce jeu y ressemble tout en y ajoutant deux petites choses :

la composante « gestuelle » (on marche en se tournant autour, on se tape sur l’épaule, on lève les bras, on se passe les menottes etc) et le fait qu’un joueur accusé à tort ne sera pas éliminé (il reviendra la manche suivante). En effet, après la phase du meurtre on opère à la libération des suspects emprisonnés. Ils pourront donc participer aux discussions et au vote… C'est toujours mieux que de regarder les autres jouer !  

Laisser un commentaire