Essen Spielmesse 2016 – Le jour 3 en photos et en mots

Essen jour 3 : la fatigue commence à se faire sentir, mais c’est aussi le moment où le corps commence à s’habituer à l’effort. Nous enchaînons, et contrairement au jour deux, nous tournons, tournons, tournons (des interviews), sans aucune limite. Et j’ai commencé à comprendre l’organisation des halls. Après trois jours. Soit je suis lent à la comprenette, soit Essen a vraiment un souci d’organisation.

antonin

Allez viens on est bien

Double-F, ou Friedmann Friese, nous présentait ce matin Fabelsaft (ou Fabled Fruit). Le jeu arrivera en français (Edge). De quoi s’agit-il, me demanderez-vous ?Eh bien de pose d’ouvrier (sans S à ouvriers) avec six actions disponibles. Le jeu évolue à chaque partie, proposant six actions à chaque tour. Lorsqu’un tas est vide, hop, nous trouvons un nouveau tas d’actions en quatre exemplaires dans la boîte. Ainsi, le jeu évolue avec notre expérience de lui. A tester !

 
 
 
Funkenschlag: das Kartenspiel ! Nous allons pas mal parler de jeux de cartes issus de confrères de plateaux. Comme les Châteaux de Bourgogne, Camel Up et Broom Service. Ici, un système minimaliste servira ce reboot de Mégawatts/Power Grid/Funkenschlag. Ingénieux jusqu’au dernier degré. Reste à voir la sensation en jeu. Est-ce vraiment électrisant ? Rendez-vous dans quelques semaines pour le savoir.  
 
Spywhere est un petit jeu de bluff et de déduction de Cesare Mainardi où il s’agit de deviner la nationalité de nos adversaires, distribuées secrètement en début de partie. Nous réussissons cela en fonction des plats gastronomiques qu’ils préfèrent, choisis parmi un ensemble commun. Il s’agit autant d’essayer d’induire les autres en erreur que de percer leurs mystères en prenant le risque de miser sur leur nationalité pour démultiplier nos points.  
 
Flip Hop est un petit jeu de rapidité pour les minots avec des dessins tout choupis. Il s’agit de reproduire un schéma composé de petits escargots colorés et orientés de certaines façons le plus rapidement possible. Option gages possible s’ils y arrivent trop bien. 
 
Nous avons découvert le stand du distributeur Pixie Games. Un petit français, qui diffuse Capital Lux, dons nous avons parlé il n’y a pas si longtemps en news, mais aussi les Pillards de la Mer du Nord, que nous verrons dimanche. Nous avons joué à notre jeu du salon : il s’agissait de Suspend, un titre mettant à mal notre dextérité, où nous allons suspendre dans un équilibre précaire des tiges de fil de fer à encoches. Vraiment malin, à la limite du jouet, cet objet ludique crée des structures à l’abstraction totale. 
 
 
Anachrony pourrait être un jeu de pose d’ouvriers comme un autre. Manque de pot, en plus d’un ensemble de mécanismes de collecte/échange de ressources assez complet, il propose de voyager dans le temps et d’envoyer des ressources dans le futur/l’avenir, ou de décaler un cataclysme. Je m’admets très séduit par le concept sans pourtant arriver à adhérer totalement au jeu : la collecte de ressources semble beaucoup trop complexe pour que les mécanismes de voyage temporel brillent de tout leur éclat.
 
Overseers est un Kickstarter que nous avons suivi avec intérêt en début d’année. A Essen, on pouvait retrouver l’éditeur avec un stand plutôt zen où les gens s’asseyaient sur des coussins. Et il faut bien dire que la bête avait une gueule bien sympa. Bluff, draft et menteries en tout genre, Overseers ne pardonne pas. Servi par une direction artistique atypique, je ne doute pas qu’il parviendra à trouver un éditeur ailleurs. En France, qui sait ?
 
 
 
Monster Land s’est invité à notre programme de façon tout à fait impromptue. Les auteurs de B-Seiged, un jeu Cool Mini Or Not, nous ont abordé pour nous montrer leur dernier né. Bien entendu, il s’agit d’un thème assez fantaisiste : nous faisons la chasse aux monstres, mais contrairement à Pokémon, ces bestioles-là menaceront nos actions. Entre pose d’ouvriers (avec des dés) et gestion de risque (avec ces mêmes dés), Monster Land se fait plaisir et offre un plateau assez chargé de prime abord (cf photo de la bannière de cet article). Au final, le tout est lisible lorsqu’on en a saisi le principe. En avril sur KS. 
 
In the Name of Odin est un titre assez étonnant. Pour une fois, on incarne des Vikings qui ne se tatanent pas la gueule. C’est aux Francs que l’on va botter le cul en planifiant soigneusement nos raids. C’est plutôt malin, se jouant avec des cartes d’action à deux utilisations. Simple, efficace, beau. Vraiment du NSKN alléchant.
 
Flamme Rouge est un jeu de course cycliste. Au début, je ne comprenais pas pourquoi ce jeu buzzait tant et envoyait tant de bonnes ondes. Et puis tout est venu. En écoutant l’auteur, Asger, expliquer le mécanisme d’épuisement et d’entraînement du peloton, mes petits yeux de joueur se sont illuminés. Dire que l’inspiration de l’auteur est Dominion ! Mais par pitié, donnez-lui un Blood Rage pour qu’il le sublime !
 
shan-mamouth
 
Great Western Trail. Voilà un jeu que nous attendions, et pour lequel nous avons un peu attendu, dans le lounge de Pegasus. Et je dois bien admettre que je ne suis pas déçu. Le coeur de mécanismes du prochain Pfister parait à la fois abordable et plein de richesses, avec une multitudes d’axes de storing. Vraiment, j’ai assez hâte de poser mon cerveau dessus et de le laisser bouillir à petit feu. 
 
L’Oracle de Delphes est un Stefan Feld. SANS POINTS DE VICTOIRE. Je crois qu’il est impossible de parler de ce jeu pour en diffuser l’expérience. Nous allons nous balader à travers la Grèce antique à faire 12 travaux avec comme récompense un petit tour dans l’Olympe. Reprenant un système d’action et de dés rappelant les Châteaux de Bourgogne, nous avons affaire à un jeu d’une trempe fort plaisante, mais aussi profonde, sans la pression ultérieure du scoring. Soitnous allons oeuverer à la facilitation nos objectifs (ou leur réalisation), soit nous travaillerons à séduire un dieu, pour qu’il finisse par nous accorder sa faveur. Il faudra rivaliser d’ingéniosité pour parvenir à apercevoir tout le panthéon…
 
Gueules Noires, le jeu de cartes, s’inscrit dans la grande tradition du jeu de cartes issu d’un jeu de plateau plus complexe. Il donne une resucée de l’expérience en jetant une nouvelle lumière, simplifiée, sur les mécanismes. Parvenant à encapsuler l’expérience du jeu de base, il en saisit l’essence. Pour le bien ludique ? Le tester nous le dira.
 
ludovox-essen-spiel-2016-jour-3-jeux-de-societe
 
Nous avons couvert pas mal de choses que nous voulions faire ! Ne nous reste plus qu’à satisfaire les derniers rendez-vous (qui promettent), vous révéler les surprises qui nous restent, confirmer les instincts sur des boîtes. Bref, à demain, et n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) que nous utilisons beaucoup !

14 Commentaires

  1. Photo du profil de Alendar
    Alendar 16/10/2016
    Répondre

    Bonne nuitée les petits! 🙂

  2. Christophe Dziedzic 16/10/2016
    Répondre

    A quoi servent les liens des photos ? Ils renvoient vers l’article. Ca tourne en boucle. En rond. Ca revient vers l’article. En boucle. Quand on clique sur une photo, ça revient vers le même article. Ca tourne en rond. En cercle. *clac !* *pchzzzzzzzzz*

  3. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 16/10/2016
    Répondre

    voila ce que j avais envie de lire:  des decouvertes perso en contre-pied des listes qu’ on voit partout. Ma curiosité est en éveil. Je vous attends….

  4. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 17/10/2016
    Répondre

    Petit debriefing rapide du samedi :
    * Mea Culpa (Zoch) : bon, l’animatrice a pataugé dans les explications (que ce soit en anglais comme en allemand pour nos camarades de jeu), mais le jeu avait l’air vraiment mauvais. Des règles pas logiques, d’autres trop alambiquées, et surtout on ne s’amuse pas du tout. En accord avec nos deux adversaires allemands, qui avaient tout à fait la même impression que nous, on a mis fin à la démo bien avant le terme du jeu
    * Dice Stars (Matagot) : je ne suis pas fan des Qwixx et autres jeux de « juste dés » du genre (par contre j’adore les jeux de placement de dés comme Alea Iacta Est, les Châteaux de Bourgogne ou Alien Frontiers), donc je ne suis pas le mieux placé pour juger, mais celui-ci ne va pas renouveler le genre. Pas pour moi donc, mais les amateurs du Quixx précité devraient aimer
    * Pocket Madness (FunForge) : j’adore les jeux de cartes, mais c’est vraiment trop léger. Piocher pour faire soit des brelans, soit des suites, même avec une ou deux mécaniques en plus (folie et pouvoirs spéciaux après pose de brelan), ce n’était pas passionnant (avis général autour de la table). Belles illustrations sinon
    * Touria : chouette jeu familial, original de par la mécanique de ses « tours qui tournent », du fait que ce soit un jeu compétitif alors qu’on partage et déplace le même pion sur le plateau, ainsi que du choix des actions selon sa position autour de la table. Un parfum de Valdora sinon pour le pick and delivery de gemmes, et comme bémol une fin très aléatoire, mais il y a une variante. Le jeu est d’une durée assez courte, mais c’est peut-être pas plus mal pour un familial
    * Et j’ai refait un Capital Lux pour me consoler  =)
    Ces opinions n’engagent évidemment que moi, je réalise ne pas être le public cible pour pas mal des essais de la journée, mais j’ai essayé d’être clair sur ce qui m’a chiffonné.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 17/10/2016
      Répondre

      Même impresion à Cannes sur Dice Stars et Pocket Madness.

  5. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 17/10/2016
    Répondre

    Ah oui, aussi Lorenzo il Magnifico : un bon Euro, même si je ne lui trouve rien d’original; les actions selon la valeur des dés, ça vient de Bruges, rendons à Herr Feld ce qui lui appartient. Il y a des mécaniques de PV selon la collection pour les personnages (cartes bleues) et des points « bruts » de fin de partie (cartes mauves).
    Question argent, c’est très tendu car il faut payer dès qu’on se place sur la même tour qu’un adversaire. Le plateau et les cartes sont jolis (quand on aime Klemens Franz bien sûr, tiens, comme Touria aussi). Bref, un bon jeu, mais pas d’étincelle de génie, je me suis laissé dire par mes amis que Great Western Trail était bien plus original

  6. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 17/10/2016
    Répondre

    Assez d’accord pour Lorenzo, j’ai trouvé le jeu plaisant, j’ai même passé un très bon moment à y jouer mais leur « mécanique » commence un peu à tourner en rond je trouve, possédant déjà Marco Polo, Grand Austria Hotel et Council Of Four je me demande vraiment ce que ce titre apporte en plus

  7. Photo du profil de Jeffyciacos
    Jeffyciacos 08/11/2016
    Répondre

    Sympa les chaussettes! ^^

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 08/11/2016
      Répondre

      J’ai eu de la chance, elles sont assorties !

      • Photo du profil de Shanouillette
        Shanouillette 09/11/2016
        Répondre

        à ce niveau là c’est pas de la chance c’est du talent !

      • Photo du profil de Jeffyciacos
        Jeffyciacos 09/11/2016
        Répondre

        Ahah, toi aussi t’es un galérien de la chaussette assortie? Bien joué pour cette fois alors!

        En tout cas, si ta pile de chaussette n’a d’égale que ta pile de jeux, je comprend pourquoi tu peux t’emmêler les orteils!

Laisser un commentaire