Edo Yashiki : tatami les cartes au bon endroit ?

Edo Yashiki : tatami les cartes au bon endroit ?

Connaissez-vous le dernier jeu de Hisashi Hayashi ?

Heu…
Connaissez-vous Hisashi Hayashi ?
Mais siiiiii.

Bien sûr, vous avez entendu parler au moins de Trains, String Railway, Patronize… Ce jeune auteur japonnais qui a des idées se fait aussi appelé Okazu. C'est vrai que pour nous c'est drôle de se faire appelé Okazu. Okazu-yaunproblème ?

Bref.

Edo Yashiki (2013) : un jeu de Hisashi Hayashiillustré par Ryo Nyamo

Voilà-t-y pas qu'il a sorti un jeu à la fin de l'année dernière, dans l'univers folklorique du Japon médiéval et, je veux pas jouer l'entremetteuse, mais il recherche un éditeur francophone. Ça, c'est fait.

Haa le Japon médiéval… le bushido, les daimyo, les torii, les sushis. Miam.

Daimyo rien que daimyo toujours daimyo…

Et bien dans ce jeu, les joueurs incarnent des daimyo justement (seigneurs féodaux) qui veulent impressionner la galerie avec leurs maisons.

En effet, elles devaient être construites pour être aussi belles que possible, avec des bassins d'agréments et des jardins de différents styles, arrangés selon la mode en vigueur. C'était important, comprenez, cela traduisait leur puissance, leur influence, leur petit manque à compenser, toussa toussa.

Donc, dans ce jeu de cartes, vous allez avoir, oui oui oui, des cartes. Dingue.

– Des cartes de Construction qui sont divisées en une grille, et chaque case de la grille représente soit un sol, soit un tatami, soit un bassin soit un jardin.
– Des cartes de Score pour matérialiser les points des joueurs.
– Des cartes de Spécialistes. Elles sont seulement utilisées si vous décidez d'appliquer les règles avancées des Spécialistes. Cela va changer la façon de marquer des points. Mais ne rentrons pas dans les détails, je sens que je vais vous perdre sinon.

Et alors ? Comment on joue ?

Le premier joueur prend autant de cartes de construction de la pioche qu'il y a de joueurs, et il les aligne faces visibles à côté de la pioche. Par exemple dans une partie à 4 joueurs, 4 cartes seront alignées. Jusqu'ici tout va bien.

Tous les joueurs placent leurs mains sur leurs genoux. Quand tout le monde est prêt, le premier joueur annonce « hajime ! » (on commence). Tous les joueurs chipent une carte de construction et la placent dans leur maison, tout en respectant les restrictions des règles de construction de la maison. En gros, la carte que vous ajoutez doit être placée à côté d'une carte que vous avez placée précédemment – ou en la chevauchant -. Elle doit aussi être placée verticalement, ce genre de choses voyez.

Et après ?

Ensuite, lorsque tous les joueurs ont placé leur carte, ils gagnent des points selon ce qu'ils ont réussi à construire. Ils peuvent aussi marquer des points bonus s'ils parviennent à créer des lignes/colonnes de sortes différentes.

 Du coup ça peut donner quelque chose comme :
une ligne de 4 cases jardin : +2 points
une ligne de 3 cases bassin : +1 point
une ligne de 3 cases tatami : +1 point
bonus +4 points pour avoir créé des lignes/colonnes de trois sortes différentes.

 

 

Lorsqu'un joueur atteint au moins 25 points ou lorsque vous ne pouvez plus prendre de cartes de construction dans la pioche, alors la partie se termine.

 

Déjà ? Eh oui.

Le gagnant paie sa tournée de saké et on en refait une. Non, ce n'est pas nécessairement un jeu à boire, même si ça peut ajouter une autre dimension… (Tout abus d'alcool bla bla bla…). Vous êtes grands, je vous laisse voir. Et si vous êtes petits, eh bien, alors il faut grandir d'abord. Voilà une phrase emplie de sagesse et de légèreté. On va finir sur cette note, c'est très bien. L'addition s'il vous plait !

Laisser un commentaire