DRCongo go go go !

C’est sur, c’est pas un thème grand public, passe-partout, mainstream. Mais il en faut aussi, des jeux qui prennent des risques, explorent des terrains moins consensuels, plus sensibles, plus politiques. DRCongo pose un contexte et une hypothèse : si des industriels éclairés travaillaient pour développer l’économie de leur pays, ce dernier pourrait échapper aux griffes de la misère et de l’insurrection paralysante. Et oui car le Congo est un pays richissime, question ressources. En fait, l’un des plus riches (manganèse, pétrole, or, cuivre, diamants…)… Et pourtant, c’est techniquement l’un des plus pauvres du monde. Guerre, corruption, je ne vous dresse pas le tableau géo-politique de la région, mais c’est pas très gai. Ceci dit, voici un jeu de simulation économique qui propose une optique pleine d’espoir – car de l’espoir il y en a. D’où le sous-titre Hope out of Horror. Les joueurs incarnent des entrepreneurs qui vont tenter de redresser leur pays – tout en essayant de devenir riches au passage tout de même, faut pas déconner. Le capitalisme pour sauver le monde ? Voyez-vous cela…

pic2343937_md 

Attention, il s’agit d’un jeu pour joueurs aguerris, même si vous pouvez jouer avec différents niveaux complexité. Vous pouvez en effet jouer tranquillement, level one, il faudra juste construire des industries, placer des transports, développer des villes, produire des ressources, les transporter, faire de l’argent de façon traditionnelle. Oui c’est déjà pas mal. Mais vous pouvez ajouter des marqueurs dans toutes les régions, qui sont autant d’insurrections tentant de vous mettre des bâtons dans les roues – en fait ils vous empêchent de faire du business – il faudra donc les maintenir sous contrôle avec des Casques bleus… Mais ces derniers coûtent cher et ne peuvent pas être partout !

L’autopromo gouvernementale

Le 3e niveau de complexité introduira le gouvernement, avec les ministères de la Défense, des Finances, et de l’Intérieur. On commencera donc par élire le gouvernement. Une phase d’enchères arrive alors en jeu, où la première mise sera la référence pour tous. Il faudra ensuite soit proposer le double, soit dire moins (et on ne peut pas annoncer une somme déjà proposée). Le gagnant pourra choisir en premier un des trois ministres qui composera le gouvernement.

→ Le ministre de la Défense contrôle les Casques bleus gouvernementaux, il aidera à combattre et réprimer les insurgés.
→ Le ministre de l’Intérieur utilise l’argent du gouvernement pour promouvoir le Développement du gouvernement sur la carte (le bien la plus délicat à utiliser, mais potentiellement la source d’une plus grande utilité).
→ Le ministre des Finances influe sur la valeur des ressources.

Mais ça ne s’arrête pas là. Le 4e niveau de profondeur du jeu mélange tout ça, propose des sets up se renouvelant à chaque fois et un début asymétrique (on a chacun un budget spécifique et un lieu de départ différent avec les industries autour que ça implique), et l’intervention des gouvernements étrangers : vous aurez droit à des petites actions bonus spécifiques octroyées par des cartes « support ». Par exemple, le Brésil peut vous fournir 2000$, oui mais si vous l’activez, un de vos adversaires touchera 1000$. Faut pas rêver quand même.

pic2396985

Médailles et industries

Les joueurs construisent donc leurs industries, produisent, vendent et transportent leurs biens sur la carte. L’argent recueilli est utilisé pour construire davantage.

Les joueurs devront développer des villes et gagneront ainsi des médailles (les joueurs déplacent tout simplement leur marqueur sur la pistes des Médailles).

A la fin de la partie, d’autres médailles sont décernées pour les industries et les transports construits, pour les villes vous appartenant et pour tout l’argent qui vous reste. Le joueur avec le plus de médailles gagne la partie.

pic2587739_md

Le jeu est passé sur KS et arrive à Essen pour 40$ en anglais et allemand tout auréolé d’une bonne presse, notamment grâce à Rahdo. Pour lire les règles en anglais, rendez-vous sur la fiche de jeu :

> Et hop, la fiche de jeu

Un jeu de Gary Dicken, Phil Kendall, Steve Kendall
Edité par Ragnar Brothers
Langue et traductions : Allemand, Anglais
Date de sortie : 06/2015
De 1 à 4 joueurs
A partir de 14 ans
Durée moyenne d’une partie : 120 minutes

5 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 16/09/2015
    Répondre

    Excellente mise en lumière (inspirée de mes 3 mots dans le podcasts ? ^^) de ce jeu qui m’intéresse perso pour son aspest historique comme par son aspect gros jeu !

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 16/09/2015
      Répondre

      merci 😀 Oui en fait je l’avais repéré y a déjà longtemps, puis oublié et ton podcast me l’a remis sur le haut de la pile 😀

  2. Photo du profil de ReiXou
    ReiXou 16/09/2015
    Répondre

    Les Ragnard Brothers ont toujours des thèmes intéressants et leurs jeux m’attirent à chaque fois. Pourtant je suis toujours un peu déçu.

    Avoir néanmoins.

    • Photo du profil de benben
      benben 16/09/2015
      Répondre

      Tu dis « avoir » au lieu de « à voir », c’est un lapsus de craquage. En tout cas ça me botte pas mal, l’année dernière ils n’avaient pas de table pour jouer, j’espère qu’on pourra tester celui ci cette année.

      • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
        TheGoodTheBadAndTheMeeple 16/09/2015
        Répondre

        @Reixou peux-tu developer pourquoi tu as ete decu et par quel jeu ? Je n’ai jamais joue a l’un de leurs jeux… de loin ca semble pas mal de wargames.

        @benben, avec le nouveau hall ils auront ptetre un peu plus de place ?

Laisser un commentaire