dragonflameuprok

Dragonflame : devenez un dragon !

Rêve de dragon

Qui n’a jamais rêvé d’être un dragon ? Mais si, c’est classe et ça fait pas rire, un dragon. Regardez, il y a des lol-cats, des lapins-crétins et des rats-gnagna, mais les dragons, houhou non, on rigole pas avec ça. Depuis le Néolithique, c’est chose sérieuse et légendaire. Voilà, un mythe aux ailes déployées et aux pattes armées de griffes prêt à vous laisser monter sur son dos pour vous emmener voler à travers la littérature fantastique et le folklore humain, telle est la créature qu’on vous propose d’incarner dans Dragonflame. Alors, toujours pas ? Haa, je le savais bien.

Le jeu dont je vais vous parler est actuellement en train de percer tranquillou le plafond de son goal sur KS. De quoi s’agit-il en fait ? D’un petit jeu de cartes qui se pratique de 2 à 5 joueurs si le feu « coule dans leur veine » ! Et vi, sinon ça marche pas.

« Pour ravir un trésor, il a toujours fallu éternuer sur le chevalier qui le garde » Dragon Smoghung

Au programme : récupérer les trésors et les princesses locales (tout dragon se doit d’avoir un joli magot à défendre) en s’attaquant à la chevalerie du coin, quitte à toussoter un peu de feu sur quelques villages indociles, bref, rien que vous n’ayez pas déjà fait des centaines de fois ces quelques milliers d’années dernières.

Vous allez d’abord devoir poser des cartes trésors (il y en a de toutes sortes) sur des cartes Châteaux préalablement installées sur la table (ou tout autre support plat et pas trop mou).

A la fin du round, les joueurs-dragon devront choisir quel château ils souhaitent attaquer (un dragon par château). Non seulement les forteresses renferment des richesses, mais ces dernières déterminent aussi l’ordre du prochain tour. Pour corser les choses, certaines cartes trésors peuvent être jouées face cachée, du coup il se peut que des joueurs-dragons attaquent des châteaux bourrés de malédictions ou de chevaliers à la peau un peu dure. Bref, un jeu non dénué de bluff m’est avis.

368a1c07227789441b555dcde33387d6_large

Puis, une fois que vous avez sélectionné un château, vous allez placer les différents trésors et reliques que vous y trouverez dans votre trésor, qui feront de délicieux points de victoire à la fin du jeu.Certains trésors comme les bijoux valent un nombre fixe de points, tandis que d’autres comme les coffres fonctionnent par collection (plus vous en aurez, plus vous marquerez des points). Un type de trésor, les statues, ne scoreront que si vous en avez juste UNE copie dans votre trésor. Et je vous parle pas des reliques magiques qui pourront vous donner de nouvelles capacités, ni des fameuses cartes Dragonflame qui vous permettront de vous dégager les bronches et de cramer par la-même quelques toitures. Les créatures les plus destructrices gagneront des points bonus à la fin de la partie pour chaque village incinérés. Et oui ce jeu est tout à fait amoral. Enfin, c’est de la morale de dragon quoi.
pic2295016_md

La sortie est donc prévue pour l’été 2015 – pour le moment only en inglich dans le livret (mais il n’y a pas l’air d’avoir des masses de texte sur le jeu him-self).

Si vous voulez quelques liens pour poursuivre, et bien, félicitez-vous car je vous les donne compendieusement mais gracieusement, paf, tenez :

>> La fiche

>> Le KS

Un jeu de Matt Loomis
Illustré par Clay Gardner, Rob Lundy
Edité par Minion Games
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 07/2015
De 2 à 5 joueurs
A partir de 13 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes

Ne suis-je pas adorable ?

Laisser un commentaire