[Docteur Pilule] J’ai testé pour vous la Rigolo-thérapie

Docteur Pilule est un jeu pour 4 à 10 joueurs crée par la « Team Pilule » (composée de Jacques Thénoz, Jacques Exertier, Jean-Philippe Caro et Guillaume Brunier) et auto-édité sous le nom de « Fantastic Lombric ».

J’ai pu essayer le jeu durant une ou deux parties dans un bar à jeu à Montpellier il y a bientôt un an et j’ai participé au kickstarter pour le financer. Ayant la boite depuis Noël le jeu est toujours aussi bien que dans mes souvenirs et je ne pense pas que les personnes l’ayant essayé au FIJ diront le contraire (à vos commentaires !) 🙂

C’est un jeu d’ambiance loufoque, qui se joue en équipes de deux et dont le but est de faire deviner un maximum de mots à son partenaire. Jusque là, rien de bien extraordinaire, on pense au Taboo ou au Time’s Up, mais c’est sans compter sur la mise en situation du jeu :

« Trop de travail… Trop de stress… Vous avez craqué, c’est le burnout ! Vous vous réveillez dans une pièce capitonnée… Vous n’êtes pas seul. D’autres vous entourent. Vous comprenez que vous êtes dans une clinique mais pas n’importe laquelle : la clinique du Docteur Pilule. « Soyez tranquille, mon traitement révolutionnaire est très efficace. C’est juste l’affaire de 10 à 15 ans ! » vous assure le Docteur Pilule. À ces mots, vous décidez de fuir au plus vite. Mais déjà le Docteur vous administre des pilules dont il a le secret. Et vous vous rendrez vite compte que leurs effets secondaires sont sans limite ! ».

Vous l’avez compris, la particularité et tout ce qui fait le piment du jeu sera ces fameuses pilules aux effets secondaires burlesques.
Dès que c’est votre tour, en tant que « fou », vous piochez une pilule bleue et une pilule rouge (dans un film plutôt connu on vous demanderait de choisir mais là vous prenez les deux) qui ont chacune un effet secondaire douteux sur votre élocution ou sur votre corps.
Votre « ami imaginaire » qui était fou au tour précédent doit deviner vos mots en subissant lui aussi les effets secondaires de ses anciennes pilules !

C’est ainsi qu’une « poule qui bégaie » doit faire deviner à une « tour Eiffel danseuse étoile » le mot « balançoire » de la façon la plus naturelle du monde ! Oui, posez votre cerveau à côté, là, très bien, et allons-y…


docteurpilule_logo

Le logo du jeu

Le Matériel

Tout d’abord, la boîte est un peu grande par rapport au matériel, c’est un peu dommage car ce n’est pas pratique pour la transporter partout mais c’était sûrement pour faire la part belle à l’illustration du jeu qui met tout de suite dans l’ambiance, clairement, on pose les bases. Pour ma part je préfère les petites boîtes mais bon.

À l’intérieur, on découvre un plateau de jeu qui, à mon sens, aurait du donner sa véritable dimension à la boîte, et qui représente la clinique du Docteur Pilule.
Le plateau semble solide et a un petit côté jeu de l’oie avec ses cases qui font revenir en arrière. Il est plutôt bien illustré avec sa « mascotte » un peu partout, sans être extraordinaire ni indispensable d’ailleurs.

docteurpilule_matos

Un matériel coloré qui donne envie de jouer!

Vient ensuite le cœur du jeu : ses cartes.
Il y en a de 3 types : 50 Pilules rouges, 50 Pilules bleues et 100 Tests psychologiques. Les cartes sont bien différentiables par leurs code couleur et ont un format entre celui de Munchkin et de Magic. Rien à redire ici, soulignons qu’elles sont de bonne qualité et que les couleurs sont bien choisies pour être le plus lisible possible.

Concernant les tests psychologiques : à chaque partie les joueurs doivent choisir une couleur et faire deviner les mots de celle-ci durant toute la partie. Cela fait 500 possibilités si on utilise les 100 cartes à chaque partie et on pourrait encore allonger la durée de vie en changeant de couleur durant la partie (par exemple la couleur du pion de l’équipe si on joue à 10 ou moins).
Bref, vous l’avez compris il y a de quoi faire deviner des mots sans se lasser d’autant que l’expérience est toujours renouvelée par les effets des pilules.

Enfin, on trouve un sablier et des pions colorés pour représenter des équipes, encore une fois basique mais efficace, avec des couleurs flashy. Pour 20€ nous avons donc 200 cartes, 6 pions de couleur, un sablier et un plateau de jeu ce qui est très honorable et pour ne rien gâcher, c’est propre et c’est coloré même si la finition aurait pu être meilleure.

 

Jouer au Jeu

Pour commencer à jouer, il faut répartir les joueurs en binômes, l’un jouera le fou, l’autre son ami imaginaire et ils échangeront leurs places pendant la partie. Si les joueurs sont en nombre impair la dernière équipe sera composée de 3 joueurs, un fou et deux amis imaginaires.

Une fois que les répartitions sont faites, chaque équipe choisit son pion qui représentera son avancée et le place dans la salle capitonnée d’admission à la clinique. Vous pouvez alors mélanger les cartes selon leurs types et faire un tas de cartes bleues, un tas de cartes rouges et un tas pour les cartes vertes. Lisez alors le texte d’introduction pour mettre les joueurs dans l’ambiance, déjantée, du jeu, et c’est parti, il ne manque plus qu’à désigner l’équipe qui commence (en général des joueurs qui connaissent le jeu mais cela peut être intimidant pour des gens timides de voir les joueurs faire la poule avant de le tenter eux-même, mais j’y reviendrai).

Un tour de jeu est plutôt simple, le fou actuel pioche une carte pilule bleue qui va agir sur sa diction et une carte pilule rouge qui lui fera incarner un rôle ou réaliser des actions débiles.
Il devra respecter les instructions des deux cartes durant toute la durée du tour. Les autres joueurs qui ne sont pas dans l’équipe seront les assistants du docteur Pilule, ils sont totalement bienveillants et veilleront à ce que le traitement soit bien respecté, si le joueur oublie un peu trop ses effets secondaires ils le lui rappelleront.
Il arrive aussi, lorsque l’on doit « faire l’otarie qui parle comme un ancêtre », que l’on puisse difficilement tenir nos cartes, encore une fois ce seront les assistants qui porteront les cartes à la place du fou pour lui permettre de réussir son test psychologique sereinement.

Le ou les amis imaginaires du « fou » ont alors le temps d’un sablier (~40 secondes) pour deviner le maximum de mots possibles.
Lorsque le tour reviendra à la même équipe le fou changera, et ce dernier piochera des nouvelles cartes pilules à son tour, mais son ou ses amis imaginaires gardent leurs effets secondaires pour deviner les mots.

À la fin du temps imparti on compte le nombre de cartes devinées et on avance du même nombre sur le plateau de la clinique, la première équipe arrivée à la case 20 est libérée de l’enfer du docteur Pilule et la partie se termine généralement après plusieurs instants de fous rires.


Les Pilules : le cœur du jeu

docteurpilule_exemple

Ceci est un simple exemple, je suis sûr qu’on peut faire pire…

Le cœur de jeu repose donc sur les deux cartes pilules des joueurs, l’association des défauts de diction et des actions loufoques donnent parfois des situations vraiment tordantes ! Par contre même si c’est très drôle cela peut parfois créer des déséquilibres, si on prend l’exemple sur l’image : le fou doit faire deviner le mot « catalogue » en faisant la poule et en ne finissant jamais ses phrases tandis que son ami imaginaire se prend pour un Bruce Lee sur son lit de mort. Vous préférez quoi, vous ?

En tout cas, la situation profondément débile à souhait ne manquera pas de faire éclater de rire les participants mais surtout rendra très compliqué la transmission des mots.

Pour avoir fait quelques parties, il arrive souvent que certains se tapent des effets secondaires vraiment compliqués à gérer alors qu’une autre équipe enchaîne des plus simples et prennent une avance très confortable.
Mais bon, nous ne sommes pas dans un jeu vraiment compétitif, le véritable intérêt et objectif, c’est que ce soit drôle pour tout le monde.
Pour ce faire, les effets des pilules sont très biens trouvés, ils ne reculent devant rien. Le jeu est très sympa pour briser la glace dans une soirée ou autre justement, mais bien sûr, il faut que les participants soient à l’aise avec l’idée du lâcher prise. Certains effets obligent même à avoir une proximité avec les autres joueurs – comme les caresser sensuellement – ce qui peut être compliqué pour certains joueurs. 

 

Briser la glace ?

Il n’est pas forcément simple pour tout le monde (moi le premier) de se ridiculiser en public, car le jeu joue énormément avec le ridicule et ce n’est pas une critique, c’est un constat et cela apporte bien souvent des gros fous rires oui mais ! Tout le monde n’est pas à l’aise avec ça. Il faut juste en être conscient si vous sortez le jeu, surtout s’il est utilisé pour briser la glace dans un groupe qui ne se connait pas très bien. Certaines de mes connaissances supportent mal les contacts physiques par exemple. Mais si vous aviez trouvé Dawak pas assez osé, ou que vous n’aimez pas trop « mettre l’ambiance » avec un jeu de culture G, vous avez frappé au bon endroit. 

Quand on joue à ce jeu on se lance un défi personnel à chaque nouvelle pilule pour réaliser les effets le mieux possible mais certains joueurs sont bien trop accaparés par la réflexion pour faire deviner les mots, les assistants devront alors rappeler très souvent les effets secondaires sans parfois de grand résultats. Certains joueurs au contraire vont préférer faire clairement les pitres pour amuser la galerie et ne pas spécialement chercher à marquer le plus de points.

Rapidement au fil des tours, les gens qui avaient du mal à se mettre en scène se mettent à oser de plus en plus en voyant que tout le monde se prête au jeu et la glace se brise effectivement. Je parlais du choix de l’équipe pour commencer, oui il peut être intimidant pour des personnes frileuses de voir pour exemple des gens totalement à l’aise, ils peuvent se dire « j’arriverais jamais à faire ça… au secours ! » et se bloquer, c’est pour ça qu’il peut être intéressant de mettre des personnes ni trop habituées ni trop peu comme premiers joueurs.

Au final, le plateau de jeu de Docteur Pilule n’est qu’un prétexte pour s’adonner à un jeu délirant et convivial qui malgré toutes les réticences finit inexorablement par créer une complicité. Certaines performances resteront d’ailleurs longtemps dans les esprits et feront l’objet de private jokes pour le reste de la soirée, voire plus. Ça en fait effectivement un très bon outil pour abaisser les barrières érigées par certaines personnes. Il n’y a pas besoin de connaître les autres joueurs pour que ce soit marrant, faut juste oser ! 

 

docteurpilule_plateau

Le plateau de jeu n’est au final qu’un prétexte à notre Rigolo-thérapie


Conclusion

docteurpilule_conclusionDocteur Pilule est un très bon jeu d’ambiance, son thème est osé et sa mascotte attachante. Le jeu est très simple à expliquer et fait mouche à chaque fois en créant une super ambiance autour de la table. Certes, on a déjà énormément de jeux sur ce créneau, mais ici on pousse l’action encore plus loin. On sent l’envie de provoquer des fous rires et ça marche, même ceux qui commencent à jouer peu convaincus finissent par se prêter au jeu et rigolent (même s’ils en éprouvent une sorte de honte, ils s’amusent !). Cela en fait un jeu vraiment tout public qui peut se jouer en famille avec les enfants comme dans un groupe d’amis, voire même des inconnus, même s’il faudra parfois un peu les « pousser » à l’eau (mais bon, faut pas se faire violence non plus hein, c’est pour jouer !).

Le système des pilules est très bien pensé, par exemple un seul effet secondaire aurait été trop simple et trois beaucoup trop complexe à exécuter en même temps. Les combinaisons des pilules affectant la diction et les mouvements permettent de ne pas se retrouver avec des combinaisons impossibles bien que cela puisse donner des situations tordantes avec son partenaire comme par exemple l’un n’ayant plus de corps doit poser sa tête sur la table tandis que l’autre se prend pour un kinésithérapeute et doit tester ses articulations… 

En lui-même, le jeu a une rejouabilité quasi-infinie, les pilules et les mots changeant constamment on ne fera jamais deviner des mots de la même manière ce qui est aussi une grande force du titre.
Pour un premier jeu je trouve que la « Team Pilule » s’est très bien débrouillée, en mettant un grand coup de pied sans compromis dans la fourmilière des jeux d’ambiance typée « action ». À vous de voir si vous pouvez suivre !

 

 

Points Positifs :

  • Le pitch de départ et le thème déjanté (la folie oui, mais en mode burn out, celle qui nous guette tous !).

  • Pouvoir y jouer jusqu’à 12 joueurs.

  • No limit dans les situations !

  • Les effets des pilules bien gérés.

Points Négatifs :

  • Peut créer des blocages chez certaines personnes (il ne faut pas avoir peur de se jeter à l’eau).

  • Au final la compétition est surtout un prétexte à se mettre en scène. 

  • Le matos aurait pu être un cran au-dessus (boîte un peu trop grande pour ce que c’est).

 

 

Un jeu de Guillaume Brunier, Jacques Exertier, jean-philippe Caro
Illustré par Jacques Exertier
Pays d’origine : France
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 2016
De 4 à 12 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes

3 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 07/03/2017
    Répondre

    On aurait du le tester a Cannes, suis sur qu’on se serait franchement poilé, dommage. Je note tout de meme 😉

    Merci pour l’article.

    • Photo du profil de Mendrock
      Mendrock 09/03/2017
      Répondre

      Il est vraiment marrant, si tu passes sur Cannes je peux te le prêter pour quelques parties si tu veux 🙂

  2. Photo du profil de Flemeth
    Flemeth 08/03/2017
    Répondre

    A Cannes la table des auteurs n’a pas désempli et les fous rires fusaient très régulièrement 🙂

Laisser un commentaire