Dead of Winter: A Crossroads Game

Dead of Winter: A Crossroads Game

  1.  Un grand jeu est amusant.
  2. Un grand jeu sait créer des situations qui vous permettent de prendre des décisions intéressantes et stimulantes qui influent sur le résultat de la partie en votre faveur.
  3. Un grand jeu vous permet d’embarquer facilement d’autres joueurs à votre table.
  4. Un grand jeu est thématique (Il est de notre conviction que les jeux doivent raconter des histoires. Ils devraient attirer les joueurs dans des mondes passionnants et les mettre dans des rôles aventuriers).
  5. Un grand jeu est unique. (Nous sommes conscients que la notion d’ « unique » vient de l’œil de celui qui regarde, mais nous aimons croire que nous apportons quelque chose de nouveau avec chacun de nos jeux.)
  6. Un grand jeu est beau. (Et par cela nous voulons dire qu’il devrait ressembler à quelque chose qui vous excite et vous donne envie de jouer).

Voilà les « 6 commandements » de Play Hat Games, éditeur qui se cache derrière des jeux comme Mice & Mystics, BioShock Infinite: The Siege of Columbia, Dungeon Run ou Summoner Wars. Donc quand Play Hat Games sort un nouveau jeu, on se tait. On écoute. On tend l’oreille. On lève la patte. Dilatateurs et sphincters oculaires trépignent, le système valvulaire s’active. Encore un peu, on appellerait le médecin de garde.

Pour le moment, on sait qu’ils planchent sur Dungeon Run 2 (un stand-alone/extension) mais comme on a encore peu de choses à se mettre sous la dent à ce niveau là, on regarde ce qu’il se passe et ho mais qu’est-ce donc ?

Coming Sooooon (à paraitre prochainement) :

Dead of Winter: A Crossroads Game des Sieurs Isaac Vega & Jon Gilmour.

On dirait que Isaac & Jon ont beaucoup aimé jouer à Battlestar Galactica tiens. Moi je dis ça, je dis rien. Mais quand je lis que Dead of Winter est un jeu qui teste un groupe de survivants et ses capacités à travailler ensemble et à rester en vie face aux crises et aux défis à la fois extérieurs et intérieurs, et qu’en plus de devoir survivre tous ensemble, ils ont des objectifs secrets qui pourraient bien faire tomber tout le monde (mais il y a aussi des objectifs secrets qui sont plus inoffensifs), je me dis qu’ils n’ont pas dû passer à côté de Battlestar Galactica. (En plus, BSG doit leur parler puisqu’il colle avec leur 6 commandements là-haut).

Mais parlons de Dead of winter.

Il pose 2 à 5 joueurs au sein d’une petite colonie de survivants dans un monde post-apocalyptique où la majeure partie de l’humanité est soit morte soit malade (malade genre zombie un peu quand même, pas genre la petite rhinopharyngite automnale que vous trainez depuis deux jours).

Chaque joueur dirige une faction de survivants avec des dizaines de personnages différents.
 

Chez Play Hat ils appellent ça « un jeu de survie psychologique méta-coopérative ». Le terme de « méta-coopératif » est leur façon un peu scientifique de dire qu’on est dans un niveau supérieur -par rapport au coopératif tout simple et tout penaud. Le préfixe de méta n’est pas idiot, puisqu’il sert chez les rôlistes à parler des infos que le joueur possède, mais que son perso n’est pas censé connaître. Bien sûr, dans de nombreux domaines vous n’êtes pas sans savoir que ce petit préfixe signifie d’autres choses, et bien souvent, il équivaut au sens de « profond ». Or, là, on est en effet dans une configuration « coopérative » un chouïa complexe.

Admettons.
Vous êtes 4 à la table, vous devez tous survivre ensemble et donc coopérer face aux divers dangers de ce monde si hostile. Mais l’un de vous a ce toc psychologique qui le pousse à faire des choses aussi anodines qu’étranges. Votre voisin de droite, lui, a une obsession carrément dangereuse pour le reste de la colonie. Et la grande gueule en face de vous…il agit trop bizarrement et il n’arrête pas de dire qu’il veut se venger… Oui on dirait qu’il veut tout saboter ! Est-ce que le « bien collectif » passera avant vos petits problèmes personnels ? C’est pas gagné ! Parce que bon, c’est pas comme s’il allait falloir résoudre toutes sortes de crises, trouver à manger et du matériel, et garder le moral !

Du coup, des fois, tout le monde gagne, des fois, tout le monde perd, des fois, certains gagnent et d’autres perdent… Tout dépendra de vos objectifs secrets.

C’est la vie.

Je sais pas vous, mais moi je demande à voir de plus près…ça tombe bien, après tout, « ce qui compte, c’est d’avoir toujours quelque chose à attendre. »… A votre service. ;)

Laisser un commentaire