Crusader Kings – une histoire de famille

Forts de leur succès, certains jeux vidéo indépendants, tel Crusader Kings (et sa suite, Crusader Kings 2, qui a explosé avec plus d’un million de ventes depuis sa sortie en 2012, excusez du peu) devaient logiquement connaître une version jeu de société. C’est chose faite, et le plateau a touché terre (ou plutôt, a touché KickstarTerre) en anglais dans le texte.

Personnages, intrigue et tragédies

La promesse éditoriale s’appuie directement sur le concept du jeu vidéo, avec son gameplay centré autour d’un avatar dynastique et non personnel. Jugez plutôt cette description de l’éditeur :

Crusader Kings – The Board Game capture la quintessence des jeux vidéo Crusader Kings, mais en jeu de plateau. Ce jeu de stratégie met l’accent sur les personnages, l’intrigue et les tragédies. L’expérience converge ver la carte de l’Europe médiévale, et utilise des cartes pour représenter  les actions, les personnages et les événements. Pour les armées, les châteaux et les chevaliers, des figurines sont fournies.

Dans ce jeu, votre but est d’étendre votre influence sur l’Europe et de faire triompher votre dynastie. Pour ce faire, vous devrez faire progresser votre famille avec soin pendant plusieurs générations, construire et étendre votre territoire, être un.e diplomate fin.e et fourbe, utiliser vos vassaux avec sagesse pour accroître vos richesse et votre force militaire, tout en obéissant aux ordres papaux et en participant aux croisades en Terre sainte.

Pour gagner, vous devrez survivre aux invasions, aux complots, aux croisades et même au mariage ! Au moins, vous devrez avoir des enfants ou membres de votre famille prêts à vous succéder si vous mourez. Si vous ne parvenez pas à élever un héritier convenable, cela pourrait signifier la fin de votre dynastie…

 

 

 

Les parties se segmentent en effet en trois générations (des manches) qui durent deux tours de jeu chacune. Et en explorant les règles, on se rend compte que, comme dans le jeu vidéo, les personnages sont définis par des traits, qui les prédisposent à bien réussir dans certains domaines. Et que si certains traits sont positifs, d’autres sont négatifs. On pourra être Fort, Cruel, Attirant, Obsédé… Et lorsqu’un nouveau régent siège sur sa dynastie, on imagine fort qu’il faudra faire avec ses nouveaux traits… et que tout ne sera pas rose.

Le jeu devrait se dérouler en campagne avec un livret de scénarios – cela semblait évident vu le medium de financement, et le type de jeu.

On s’adapte

Sachez que la levée de fonds a atteint son objectif initial et que vous pouvez souscrire au projet sur Kickstarter, si le cœur vous en dit, jusqu’au 19 juin. On remarquera que les adaptations de jeu vidéo en jeu de société marchent mieux que les adaptations de jeu vidéo en film… sans doute parce que les médias ne sont pas loin l’un de l’autre, et emploient des grammaires communes ?

 

Crusader Kings,

Un jeu de Jon Mankler, Nils Karlén, Tomas Härenstam
Illustré par Johanna Pettersson, Ola Larsson
Edité par Fria Ligan
Pays d’origine : Suède
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : Novembre 2018
De 3 à 4 joueurs
A partir de 12 ans
Durée d’une partie entre 120 et 180 minutes

Laisser un commentaire