Bannierecovenok

Coven : Blame Canada !

Chic ! Les jeux canadiens arrivent en force !

Et oui, je vous en causais hier soir avec Nautilus Industries, on aurait dit que j’avais pris Canadien 2e langue, c’était incompréhensible et tout. Et bien, on peut dire que vous avez de la flouxe, l’esprit frappeur de la Canadie va encore taper fort aujourd'hui !

Et wo pa laille, l’auteur du jeu n’en est pas à son 1er coup puisqu’il avait déjà publié un jeu nommé S.P.E.R.M.S ! Nous commençons la semaine avec panache ! – Et là je laisse libre cours à votre folle imagination pour deviner le but du jeu*.

Paul Saxberg. Retenez ce nom.

En 2012 il se pétait les bretelles car il gagnait le Canadian game design award avec le jeu dont je vais vous parler maintenant.

Coven.

Le jeu sera lancé sur KS fin de l’année, avant d’être publié, en 2015 par 8th Summit.

Asteure, une grande partie du jeu est déjà bouclée, mais ils bossent encore sur des petites choses qui viendront sûrement sous forme d’extensions, histoire d’enrichir les façons de jouer.

Le pitch contextuel

"Le Solstice approche. L'obscurité tourbillonne dans le ciel nocturne au-dessus des champs tandis que vous, un des cinq grands sorciers, effectuez des incantations appelant les faveurs des cinq déesses… Mais qui des autres sorciers servira la lumière, et qui servira l'obscurité ? Recueillez des informations, formez des alliances, et utilisez tout votre esprit pour assurer votre domination. Servez bien vos déesses et elles vous récompenseront mieux que les autres disciples…"

Come out and play

On va donc avoir des équipes secrètes. C’est-à-dire qu’au départ, on ne sait pas trop si vous êtes un sorcier cool fresh bright du côté funky side of the Force ou si vous êtes un mal peigné un peu viré su'le top qui prie pour que les ténèbres recouvrent les terres enneigées.

Bref : nos alignements sont au départ tenus secrets. Mais pas que. On a 5 déesses (la succube, Dalida, Cate Blanchett, Marilyn et Shirley Manson) qui sont des personnages non-joueurs dont on ne connait pas non plus l’alignement. Et oui, ça se complique. On va donc tenter de deviner qui est de notre côté, car une fois qu’on a des alliés, les choses sont plus simples, c’est bien connu. Sauf si y en qui virent leur cutie. Et oui. Ceci étant dit, à la fin, il n’y aura qu’un seul gagnant de toute façon. Encore un jeu de traitre !

A notre tour, on va avoir 5 actions possibles. On va jouer des cartes Artefacts, déplacer nos petites figurines (et oui, il y a des figurines, vous choisirez entre les sorciers de la Terre, l'Eau, l'Esprit, l'Air et le Feu, sachant qu’ils ont chacun leurs petits sorts fétiches) sur un plateau circulaire avec… avec ?? Quoi ?! Avec un pentagramme tournant !! Gosh, ça va pas plaire à votre maman ce jeu ! Si, à la fin de partie, Belzebuth en personne vient s’attabler, vous l’aurez bien cherché avec vos trucs satanistes là. Encore une de ces soirées qui finit en vrac à Carpentras. Vous filez un mauvais coton, j’vous l’dis.

Voilà donc un jeu d’une simplicité trompeuse, avec un gameplay fourbe à base de traitres et de fausses équipes sataniques. Blame Canada !

 

"Times have changed
Our kids are getting worse
They won't obey the parents
They just want to fart and curse !

Should we blame the government ?
Or blame society ?
Or should we blame the images on TV ?

No, blame Canada !!"

 

* En vrai il s’agissait d’un jeu de cartes où vos petits spermatozoïdes devaient se battre pour atteindre l’œuf, leur préciiieux.

Laisser un commentaire