Cosmic Factory : chaos, osmos…

Cosmic Factory est un jeu de Kane Klenko dans lequel vous devrez créer des galaxies les plus harmonieuses possibles. Ce sont les mécaniques de draft et de pose de tuiles combinées qui sont utilisées ici avec une dose significative de chaos apportée par les cartes… « Chaos » (les bien nommées !).

Prévu de 2 à 6 joueurs, il est évident que cette boite s’apprécie beaucoup plus à minimum 3 voire 4 joueurs étant donné la phase de draft particulièrement présente à chaque début de manche.

En effet, durant cette première phase du tour, après avoir tiré une carte « Chaos » qui peut considérablement modifier les règles générales (mais à un point tel que certaines cartes sont tout simplement… « chaotiques » !), vous recevrez 9 tuiles, en choisirez 3 et passerez les 6 autres à votre voisin. Puis vous en choisirez 3 de plus parmi les 6 que vous recevrez et garderez les 3 dernières de votre voisin sans autre formalité.

Mon univers à moi qui marque 5 points en vert, 4 en orange, 6 en bleu et 2 en astéroïdes

Mon univers à moi qui marque 5 points en vert, 4 en orange, 6 en bleu et 2 en astéroïdes

 

Une dose de chaos, s’il vous plait !

Il est à noter que votre mémoire est aussi mise l’épreuve puisque vous n’aurez pas le droit de consulter les tuiles choisies précédemment pour vous aider à faire vos choix suivants.

Gardez les tuiles qui vous intéressent le plus, tout en évitant de donner à votre voisin celles qui lui feraient marquer des points. Cruel dilemme du draft dans sa version la plus classique.

Sur chaque tuile sont représentées plus ou moins de planètes de 3 couleurs potentielles et le plus souvent une ceinture d’astéroïdes. 
À vous, durant la deuxième phase du tour, d’arranger au mieux vos tuiles pour construire les plus grandes zones de planètes de même couleur et la plus longue ceinture d’astéroïdes. Top départ, vous n’avez qu’une minute chrono !

les tuiles bonus

les tuiles bonus

 

Chacun plonge alors la tête vers ses tuiles pour les pivoter et les déplacer frénétiquement en tentant de maximiser ses points tout en réalisant un carré de 3×3 tuiles. C’est ici que j’ai remarqué un petit défaut d’édition : le sablier fourni dans la boite. En effet, chacun est tellement pris dans son espace personnel que, la plupart du temps, personne ne pense à regarder le sablier et donc le temps d’une minute est souvent allègrement dépassé. Un timer sonore aurait été bien plus efficace pour marquer la fin du tour. Prévoyez votre propre chronomètre !

bonus3

 

Une fois qu’un joueur pense avoir réalisé la meilleure disposition de sa galaxie, il peut s’il le souhaite se ruer sur une ou plusieurs des 3 tuiles « bonus couleur». S’il est celui qui possède le plus grand nombre de planètes dans les couleurs correspondantes, cela lui fera marquer 3 points supplémentaires. Mais attention ! Si un autre joueur a fait mieux que lui, il perdra alors 2 points !

 

 bonus2

 
On passe alors à la troisième phase : le décompte.

Pour chaque couleur, vous marquerez des points selon le nombre de planètes dans une zone. Chaque couleur possède son propre barème de points. Par exemple pour le vert, une zone de 5 planètes vertes vous rapportera à peine 1 point alors que la même zone en orange vous fera marquer 5 points !

On calculera aussi la plus longue ceinture d’astéroïdes de votre galaxie et cela vous donnera quelques points bonus supplémentaires.

N’oubliez pas de vérifier la carte « Chaos » qui changera peut-être significativement la donne dans toute cette phase de décompte.

Cadeau

C’est votre voisin de gauche qui marque vos points ce tour-ci !

 

Il vous faudra enchaîner 5 manches pour terminer la partie et voir qui sera le gagnant. Pour cela vous additionnerez le nombre de points « astéroïdes » au plus petit score de couleur pour déterminer votre propre performance et la comparer à vos voisins.

Vous ne pourrez donc pas vous spécialiser sur une couleur mais au contraire faire en sorte d’avoir un score homogène, bien plus efficace au final.

 

Une question de nom

Cosmic Factory se nommait, dans sa première version « Kaosmos » (et sa toute première édition, en 2014, s’appelait Mad City). Une bien meilleure dénomination de la sensation de jeu qui découle de ces fameuses cartes « Chaos » selon moi. Si le principe de base du draft et de la pose de tuile optimisée pour marquer le maximum de points n’a rien de vraiment original, les pouvoirs des cartes sont suffisamment perturbants pour ne pas tomber dans la routine à chaque tour.

Des exemples ? Prenez la carte « Pirate de l’espace » qui vous fera passer à votre voisin de droite les 9 tuiles que vous aurez choisies. Ou bien encore « Dimension unique » qui vous oblige à placer vos tuiles en une seule rangée de 9 tuiles au lieu d’un carré de 3×3. Je vous assure que cela change tout dans vos choix et dans votre score final si vous n’y pensez pas dès le départ du tour. Une autre carte vous permet carrément de masquer une tuile du jeu d’un de vos adversaires (qui ne manquera pas de faire de même sur votre tableau). Soyez vicieux, vous pouvez réellement casser un beau score !

Du chaos vous vouliez, en voilà !

Offre

 

Est-ce pour autant suffisant pour renouveler les parties et ne pas tomber dans une certaine routine avec seulement 20 cartes ? Après ma première partie j’aurais clairement dit non, le jeu ne m’ayant pas vraiment emballé. Un je-ne-sais-quoi de répétitif dans la partie m’a quelque peu chagriné.

La deuxième partie fut encore pire, ayant testé la configuration 2 joueurs qui n’est clairement pas drôle. On insiste, on lui laisse sa chance et on repart sur 3 ou 4 parties supplémentaires avec un plus grand nombre de joueurs. Et là, je me suis pris au jeu, tentant tout à la fois d’optimiser mon propre univers et de bloquer au mieux mes adversaires, tout en prenant en compte la carte chaos. Et ça fonctionne au final plutôt bien. J’ai bien fait d’insister…

 

Total : 19 + 9 = 28 points

Total : 19 en orange + 9 en astéroïdes = 28 points

 

En effet on comprend mieux au bout de quelques parties les subtilités de placement des tuiles pour optimiser son score. Inutile de faire par exemple une immense zone avec 20 planètes bleues, elle ne vous rapporterait pas plus de points qu’une zone de 9. Mieux vaut les séparer par une ceinture d’astéroïdes pour maximiser les points. Encore faut-il le prévoir dans votre draft et vous souvenir de la disposition des tuiles que vous gardez lorsque vous choisissez les suivantes !

carte1

Les parties restent dans la zone des 30 à 45 minutes quel que soit le nombre de joueurs, format idéal pour enchaîner deux sessions. Pas de temps morts étant donné que toutes les phases se jouent en simultané. On est clairement dans un calibre de jeu pour la famille, même si le niveau de réflexion peut s’avérer un peu élevé en fonction des contraintes de draft et des incontournables cartes chaos. L’âge minimum de 10+ annoncé sur la boite n’est selon moi pas de trop.

Si vous êtes allergique au draft, aux règles générales remises en cause à chaque tour ou aux jeux n’étant pas d’une originalité fofolle, Cosmic Factory n’est peut-être pas fait pour vous. En revanche, si vous cherchez un format pas trop long, qui se joue en temps réel et avec une certaine frénésie, voici un opus qui mérite d’être découvert. Peut-être même vous faudra-t-il insister, si l’on veut un peu maîtriser son score et apprécier le titre à sa juste valeur. Au final, sans doute pas le jeu du siècle, mais de bons moments en perspective avec ce Cosmic Factory.

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

1 Commentaire

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple il y a 7 jours
    Répondre

    J’ai bien aime la mecanique de base perso. Ca fonctionne bien.

Laisser un commentaire