up-royals-ok

C’est Royals ?

Peter Hawes est un australien qui aime faire des jeux de société figurez-vous. On lui doit Francis Drake ou Triassic Terror par exemple. Et oui. On dirait pas comme ça.

Cette année c’est Abacusspiele qui publie pour lui (avec Monsieur Menzel aux pinceaux) un jeu nommé Royals (il sortira en anglais et en allemand pour Essen). Voici donc venir un jeu de plateau (avec des cartes surtout) qui situe son action en plein 17e siècle, tandis que l’Europe se déchirait sur un peu tous les plans.

In the mood for the guerre de trente ans

Vous avez donc un plateau qui vous montre notre vieille Europe, mais aussi 99 cartes Pays, 24 cartes Intrigue, des tas de petits jetons qui servent de marqueurs de points et 7 tuiles « portrait » constituées chacune par 2 pièces de puzzle assemblables. Et enfin, une brouette de cube en bois. Ouais !

Grosso modo, comment ça tourne ? On va jouer des cartes Pays pour tenter de prendre les postes les plus influents en Europe afin d’obtenir des primes. Le jeu se déroule sur trois périodes, et une phase de scoring a lieu après chacune d’elles. Au cours de ces phases, les joueurs avec la plus grande influence dans chacun des quatre pays (Espagne, France, Grande Bretagne, et états allemands) marqueront des points de victoire. Après la troisième période, le jeu se termine avec le scoring des titres individuels (on tire les portraits). Ce qui veut dire ? Je ne sais pas. Mais voyons cela. Vous voulez tout savoir sans rien payer comme dirait ma grand-mère !

Course of the game

C’est relativement simple pour des gens intelligents comme vous. Zallez voir. Au premier tour, vous allez piocher un certain nombre de cartes Pays qui dépendra du nombre de joueurs et de votre place dans le tour de jeu. Plus vous êtes loin dans l’ordre du tour, plus vous pourrez en piocher. Puis, pour les tours suivants, vous aurez toujours à piocher 3 cartes Pays pour les ajouter à votre main (vous pouvez prendre des cartes depuis une zone où elles sont visibles ou depuis la pioche où elles sont face cachée). Mais si vous préférez, vous pouvez plutôt piocher 1 carte Pays et 1 carte Intrigue. Heinheeeein. Oui c’est une autre option, si vous êtes du genre plus fourbe. On a 12 cartes Pays et 4 Intrigue max en main.

Voilà, on s’est gavés de cartes et maintenant ?

Et bien on va les jouer pardi ! Vous pouvez (autant de fois que vous le voulez, et dans n’importe quel ordre) :

a) Occuper un poste vacant
Pour occuper un poste, vous devez toujours placer 2 cubes de bois : un pour marquer la position sur le plateau de jeu et l’autre pour marquer le portrait de scoring correspondant.

Il faut savoir qu’il y a un ou deux postes influents disponibles dans chaque ville. Chaque position dans une ville s’est vue attribuée un titre spécifique, représentée par un personnage.
La valeur à gauche du portrait indique le nombre de cartes Pays nécessaires pour occuper ce poste. Quant à la valeur vers la droite du portrait, elle indique le nombre de points d’influence que cette position vous donne.

b) La reprise d’une position occupée
Vous pouvez reprendre une position déjà occupée par un cube appartenant à un autre joueur si vous jouez une carte Intrigue du pays en question. En outre, vous avez à jouer le nombre de
cartes Pays nécessaires pour occuper le poste maintenant vacant. Tout simplement !
Par contre lorsque vous prenez le pas sur une position adverse, vous ne supprimez pas son cube en bois sur le portrait correspondant. Les cubes y restent jusqu’à la fin du jeu et comptent au décompte final.
 
  • FIN DE TOUR
Lorsque vous avez effectué vos actions, votre tour se termine. Vous vérifiez si vous avez dépassé votre limite de cartes de main et, le cas échéant, vous vous défaussez des cartes excédentaires de votre choix. On remplit alors la zone du plateau idoine de 3 nouvelles cartes Pays.

BONUS
Il y a plein de façons d’obtenir des bonus. Par exemple, si vous êtes le premier à prendre le contrôle d’une ville ou si vous avez au moins un cube dans chaque ville d’un pays, ou s
i vous avez au moins un cube sur chaque portrait noble.

Ensuite, quand il y a scoring, à la fin d’une période, on compte les points d’influence des joueurs sur chacun des 4 pays, et les joueurs ayant le plus assuré ici ou là reçoivent un marqueur de score de cette période et de ce pays.

End of the game

Après la 3e période, on compte aussi les points des portraits. Comment on fait ça ? En commençant par le portrait de plus faible rang, on compte le nombre de cubes présents pour chaque joueur. Celui qui en a le plus pourra récupérer le portrait complet et les points qui vont avec. Et après, on additionne tous les bonus et points que l’on a gagné de partout.

Ce titre rappelle franchement Heads of State (du même auteur) dont il semble être un remodelage. Si vous aimez contrôler des territoires à la force des cartes, vous pourrez trouver Royals à Essen (37€).

>> Fiche de jeu

2 Commentaires

  1. Photo du profil de Zuton
    Zuton 02/03/2015
    Répondre

    Attiré par les dessins (effet Mr Menzel !), on a testé à Cannes sur le stand de Oya. Il s’agit d’un jeu où la majorité à différents niveaux est reine, avec des idées intéressantes sauf que la mécanique de pioche des cartes étant trop simpliste et répétitive, on se lasse très vite et les derniers tours deviennent ennuyeux. Je n’attendais pas grand chose de ce jeu et c’est ce qu’il m’a donné ! 🙁 J’osais juste espérer une bonne surprise et c’est au final une déception ! Il trouvera peut-être son public auprès des mordus de jeux de majorité mais il manque clairement de profondeur.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 02/03/2015
      Répondre

      Merci pour ce retour l’ami ! C’est vrai qu’il est passé relativement inaperçu Royals… ceci explique peut-être cela…

Laisser un commentaire