Broom service à la carte

Je vous avais déjà parlé de Broom service le jeu de plateau, j’en avais d’ailleurs dit beaucoup de bien et j’étais très curieux de voir ce que la version cartes pouvait apporter. Les auteurs (Pfister & Pelikan) sont les mêmes, ils commencent d’ailleurs à avoir un beau pedigree, jugez plutôt : Mombasa, Isle of skye (le nouveau kenerspiel), et les Brooms service. Puisqu’on en parle, saviez-vous que Grovast a interviewé l’un des auteurs, Alexander Pfister, pour vous rien que pour vous ?  

Le petit truc en plus : dans cette version cartes, il y a une extension pour la version plateau, et il faut que je vous confesse un truc, je suis un bon client des extensions. Quand j’apprécie un jeu, j’aime bien quand on peut y rajouter de la variété (et en général, je les exploite).

Alors, après la version plateau, que vaut cette version cartes ? Et cette extension a-t-elle un intérêt, ou est-ce juste un attrape-Atom ?

 

À vos balais !

Dans cette itération de Broom service, point de plateau, juste des cartes, rien que des cartes, toutes petites comme dans Les châteaux de bourgogne (version cartes). 

Ici, nous avons 9 sorcières différentes : les sorcières du feu, de la forêt, de la neige, etc. Nous livrons des potions, je vous cache pas que rapidement pendant la partie ça deviendra des » cartes rouges », « vertes », « blanches » …

Le joueur qui aura livré le plus de potions aura le plus de points de victoire et celui qui a le plus de PVs… Vous connaissez la chanson… 😉

broomc03

Il s’agit d’un jeu de collection : Nous allons faire des collections de potions pour gagner des points de victoire, plus on a de potions d’une même couleur et plus on gagne de points.

broomc05

En fait une seule potion nous rapporte zéro point, mais plus on va en avoir d’un seul type et plus on va marquer de points.

Chaque type de cartes est disponible en certain nombre (c’est indiqué sur la carte).

broomc06

La sorcière du soleil est présente en 16 exemplaires.

Les cartes ont deux encarts : dans un sens, un effet simple, c’est le mode « lâche », et dans l’autre un effet doublé, c’est le sens « courage ». Comme dans le jeu de base, si on se la joue lâche, on gagne une potion, et il ne peut plus rien nous arriver d’affreux maintenant. 😉 Si on se la joue brave, c’est plus risqué mais bien plus intéressant, car on gagne 2 potions + une potion multicolore qui donne un PV à la fin de la partie. Par contre, si un joueur après vous joue la même carte en mode brave, c’est dommage pour vous : votre carte est retournée sur son dos, vous pourrez la reprendre uniquement à la manche suivante. Quand on commence à jouer en mode brave, on annonce la couleur, et on fait le tour de la table. Seul le dernier à jouer sa carte peut profiter de l’effet. 

Au moment de la mise en place, selon le nombre de joueurs, on éliminera un ou plusieurs types de sorcières. Puis on placera sur la table un nombre de cartes égal au nombre de joueurs. Le premier joueur en choisira une et la placera dans le sens « lâche », les autres joueurs feront de même. Chaque joueur a donc devant lui une carte sorcière avec une potion.

broomc09

Puis on pioche x cartes (x selon le nombre de joueurs : à 4 joueurs c’est 15 cartes par personnes). Ensuite chaque joueur choisit en même temps 3 cartes différentes dans son paquet. Le premier joueur joue une carte, et il peut la jouer, en « lâche » ou « brave ». Si les autres joueurs ont cette carte, ils doivent la jouer, soit brave soit lâche. 

broomc01

lâche à gauche, brave à droite

 

Les cartes « objectifs » sont là pour pimenter les enjeux : on en pioche 3 au début de la partie. Pour gagner 5 PVs il faut remplir toutes les conditions. Si deux joueurs remplissent les conditions en même temps, les deux remportent les 5 Pv.

broomc02

 

Enfin, on pioche tous 3 cartes de plus et on refait un tour.

On fait cela pendant 4 tours, plus on avance et plus on peut maîtriser les couleurs qui sont sorties puisque l’on sait combien il y en a en jeu et combien on en a dans notre pioche.

Le dernier tour, toutes les cartes ont été distribuées. Les cartes d’objectif nous poussent à jouer certaines couleurs, mais parfois il sera plus avisé de jouer autre chose pour jouer à contretemps (surtout que l’on ne recharge pas ces cartes objectif, quand il y en a plus il n’y en plus). On essaie bien sûr de deviner les plans des autres. Chaque joueur a une carte qui décompte chaque couleur de sorcière, donc au fur et à mesure des manches, on peut commencer à les compter pour voir combien il en reste.

broomc04

 

Et l’extension au fait ?

Si vous n’avez pas lu mon Jp sur Broom service le jeu de plateau, je vous invite à y aller, sinon, un bref rappel ici : les cartes nous permettaient de déplacer nos pions sorcières, ou de livrer une potion sur un lieu donné. Le petit hic, c’est que si quelqu’un jouait une carte que vous aviez choisi pour ce tour, vous deviez absolument la jouer, ce qui pouvait bien retourner vos petits programmes. 

broomc07

Par exemple, je souhaiterais jouer « Sorcière de la forêt » et me déplacer dans la forêt, puis au tour prochain jouer « druide de la vallée » et livrer dans la forêt. Malheureusement, si un autre joueur joue le druide avant mon déplacement, je ne serais pas dans la forêt et je ne pourrais donc pas livrer et j’aurais perdu mon action…

L’extension propose 16 cartes que l’on place en deux tas – face visible – et au lieu de jouer une carte en mode lâche, je peux soit prendre une des deux cartes visibles, soit jouer une de ces cartes que j’ai en main.

broomc08

Et ces cartes permettent soit de livrer une potion, soit de défausser des potions et de marquer des PVs, ou encore de gagner des ressources. Ou bien de faire marquer des points si notre ou nos sorcières soient présentes dans une région donnée.

Ce que j’apprécie, c’est que cette extension enlève le côté punitif du jeu, et donne un peu de contrôle, peut-être aussi un peu d’opportunisme. C’est léger et ça s’apparente à un goodies mais je vois son intérêt (c’est pas toujours le cas des goodies), en tout cas je la proposerais, car ça réduit ce côté frustrant puisque ça donne un choix de plus.

 

Mais alors, est-ce que la mixture est bonne ?

On va commencer par le positif, le jeu est simple, épuré, et il se joue en 10 à 20 mn, sur un coin de table (ou sur une valise avec des inconnus en attendant le train). On peut y jouer avec des non joueurs (les fameux Moldus). C’est bien illustré, c’est simple, c’est clair.

broomcvalise

Sur une valise en attendant le train c’est possible.

Comparaison n’est pas raison

Plateau ou cartes ? Eh bien, ce n’est pas facile à dire, je dirais ça dépend des joueurs et de vos envies ! Personnellement, je préfère la version plateau, qui correspond plus à mon type de jeu avec des choix multiples, des dilemmes, mais je crois que je jouerais plus souvent à la version cartes car je peux vraiment y jouer avec n’importe qui, sans prise de tête. Jeu de cartes ou plateau, les sensations sont les mêmes : du bluff, du guessing et de la prise de risque, et ça, nous les joueurs, on aime.

Si vous ne jurez que par les jeux dit « experts », bien complexes avec des choix multiples et beaucoup d’anticipation, alors passez votre chemin : ce n’est pas pour vous. Mais si vous voulez un petit jeu facile à transporter, jouable avec le commun des mortels, explicable en 5 mn, alors il pourrait vous plaire.

Quant à moi je garde les deux, car j’ai les deux types de public, et si je n’ose pas encore jouer à la version plateau avec mon fils, je pense que la version cartes est tout à fait adaptée. Je l’ai pris pour l’été : une terrasse de café, des parties entre amis en famille… J’aime bien jouer à des Mombasa ou autre Isle of skye, mais c’est plus dur à sortir.

En bonus : j’ai pimpé ma boîte pour que les cartes ne se promènent plus et aient un minimum de stabilité, je ne suis pas mécontent du résultat alors je le partage. En plus, on peut séparer les cartes objectifs des autres cartes.

broompimpe

 

Broom service, jeu de cartes

Un jeu de Alexander Pfister, Andreas Pelikan
Edité par Alea, Ravensburger
Langue et traductions : Allemand, Anglais, Français
Date de sortie : 09-2016
De 3 à 6 joueurs
A partir de 8 ans
Durée d’une partie entre 15 et 30 minutes

 

7 Commentaires

  1. Photo du profil de 6gale
    6gale 20/07/2016
    Répondre

    Merci pour ce JP 😉

    • Photo du profil de atom
      atom 20/07/2016
      Répondre

      avec plaisir, je l’ai fait en me disant que ça pouvait être utile pour les joueurs qui se posent la question. En espérant que ça réponde a la question ^^

  2. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 20/07/2016
    Répondre

    Malediction un jeu de cartes pur réimplémenté par Broom Service avec un plateau lui meme réimplémenté en cartes, n’est-ce pas un abus ?

    • Photo du profil de atom
      atom 20/07/2016
      Répondre

      Je ne sais pas, je n’ai toujours pas joué a Malédiction, j’ai un copain qui le vends j’aimerais bien qu’il me le prete avant pour que je puisse l’essayer. Broom version cartes c’est peut être pas le jeu du siécle mais on enchaine pas mal les parties, la on est en famille et les gros jeux c’est difficile a sortir.

  3. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 20/07/2016
    Répondre

    Pour les enfants peut être… Perso je trouve ça raté et pauvre…

    Quand on voit le passage cartes des châteaux de Bourgogne, BS ne se foule pas.

    • Photo du profil de atom
      atom 21/07/2016
      Répondre

      Pour le coup je ne suis vraiment pas d’accord, je me dis qu’il ne faut juste pas se tromper de cible et le core gamer n’est pas vraiment la cible on est vraiment ici dans un jeu léger. Mais quand je vois comment ça marche autour de moi en vacances avec des nons joueurs, ou avec des inconnus sur un petit espace comme le dos d’une valise, je ne regrette pas mon achat.

      [troll] Il faut croire que quand un jeu japonais est minimaliste c’est génial mais sinon c’est une bouse [/troll]
      Et a l’inverse si je peux remercier les châteaux de bourgogne cartes qui m’ont donné envie de découvrir la version originale, j’ai trouvé après coup la version cartes des châteaux, fade sans saveur, en plus j’aurais pu lui pardonner cet écueil puisque c’est une version de voyage, mais il prend tellement de place sur la table que son avantage est réduit a néant.  Pour moi c’est un gros raté de Feld.

Laisser un commentaire