up-baniaok

Bania, en toute simplicité

Brian Yu a travaillé chez Mattel, rayon… jeux de société. C’est pourquoi il propose pour Essen un jeu édité par… Mattel. Oui, c’est-à-dire qu’ils lui ont fait confiance l’an dernier et ils ont reçu le KinderSpiel alors comprenez, c’est engageant tout de même ! Et oui, Brian est l’heureux auteur de Geister, Geister, Schatzsuchmeister! illustré par l’ami Pierô. Un bel objet que nous n’avons pas encore vu venir en France. Quelqu’un ?

En tout cas, là, pas de fantôme – tant mieux parce que moi ça me fait trop peur. Bania est la ré-édition de Desert Bazaar (2006) : direction les marchés indiens, les épices, les huiles, les soieries… Un jeu simple de placement de tuiles que d’aucuns n’hésiteraient pas à catégoriser de « familial ». Les règles tiennent effectivement en 2 pages et le jeu est estampillé « à partir de 10 ans » pour des parties d’une demi-heure. Parfait pour le goûter. Un petit chocolat ?

Vania : caste de marchands hindouistes et jains

Là aussi, comme Geister, nous voyons venir qu’une version allemande et l’illustrateur est français mais il s’agit cette fois du grand Miguel Ciombra, armé jusqu’aux dents de ses couleurs chaudes.

A quoi ça ressemble ?

Vous avez un plateau ensablé avec des emplacements pour l’installation de tentes marchandes, celles-ci sont représentées par des tuiles. Chaque joueur place son marqueur de score sur 0 (ttt pas de tricherie !) et saisit son petit marqueur Eléphant. Les tuiles « tentes » sont mises dans le sac en tissu, et chacun en tire 4 pour former sa réserve. Elles sont recto-verso et ne montrent pas les mêmes ressources selon leur côté. Enfin, chacun récupère 8 cartes ressources (2 huiles, 2 épices, 2 soies, 2 encens) et c’est darty mon kiki.

Grosso modo, vous allez vous servir de vos cartes ressources pour acheter et placer des tentes de façon stratégique afin de scorer.

Sur un tour, un joueur effectue ces actions dans l’ordre :

  •      Recueillir son bonus : si votre marqueur éléphant squate le plateau, vous pourrez recueillir des cartes ressources en fonction de la localité où se trouve le dit-marqueur-sus-mentionné.
  •      Acheter et placer des tuiles de tente en payant avec vos cartes ressources ou lancer les 4 dés de ressources jusqu’à trois fois (en conservant les dés qui vous intéressent librement)
  •      Placer votre marqueur Eléphant : si votre marqueur Eléphant n’est pas sur le plateau, vous pouvez le placer sur une tuile que vous avez posé ce tour.

 

Roll the dice and come to paradise

Lorsque vous arrêtez de lancer les dés, parce qu’il y a un moment où faut arrêter de lancer les dés (au bout de 3 fois techniquement), vous recevrez une carte ressources pour chaque symbole ressources indiqué par les dés ; en outre, si vous avez 2 dés éléphants qui se complètent (ils ont scié un éléphant en deux, oui, ce qui fait que vous pouvez tomber sur son derrière ou sur sa trompe, je sais, c’est tabomifreu, tant de violence envers les animaux), vous recevrez alors un bonus pour votre marqueur Eléphant au début de votre tour. Ouf, ça valait le coup.

Une tente coûte trois cartes ressources correspondant aux trois symboles présentés dessus (c’est bien fait) – vous payez ce coût, puis vous pouvez procéder à la mise en place d’une tente sur le plateau de jeu. Là, il y a un peu de subtilité : si vous placez une tente à côté d’autres tentes, alors le coût est actualisé en fonction des couleurs des tentes adjacentesvous permettant peut-être même d’en placer à l’oeil.

Lorsque vous placez une tente sur un emplacement où il n’y a pas de tente voisine, vous recevez 3 points (c’est le prix de la tranquillité) ; pour toutes les autres tentes placées, vous recevez 1 point. Petit bonus si vous avez placé vos quatre tentes à votre tour : vous pouvez immédiatement en tirer quatre nouvelles et continuer à construire comme une brute !

On s’amuse bien mais il y a des limites

Un emplacement ne peut pas avoir plus de sept tentes sinon ça ne ressemble plus à rien ; et quand quelqu’un met la septième tente, tous les marqueurs Eléphants de cet endroit sont enlevés et rendus à leurs propriétaires. Le jeu se termine lorsque plus aucune tentes ne peut être placées.

Celui qui a mis la tuile finale marque 3 points, et là, celui qui a le plus de chaque type de cartes ressources marque 2 points par type (je sais pas si c’est clair là… j’ai le plus de cartes soie alors j’ai 2 points, et si mon adversaire a le plus de cartes encens, il a 2 points aussi, etc).

Et puis, devinez quoi, le twist final… Vous êtes bien assis ?

Le joueur avec le plus de points gagne.

Bref, voilà un petit jeu de placement au thème oriental et au nom riche en possibilités de jeux de mot gourmands… Et qui sait, il aura peut-être le Spiel lui aussi !

Laisser un commentaire