Arctic Scavengers, ça va geler cette nuit !

Arctic Scavengers, ça va geler cette nuit !

Bienvenue en 2097 ! Enfin, bienvenue, c'est vite dit. C'est pas hy-per accueillant 2097. "Le climat est si déréglé qu'une nouvelle ère glaciaire recouvre le globe. Seulement 10 % de la population mondiale a survécu. Des tribus et communautés diverses se sont formées pour pouvoir survivre." Mais bienvenue quand même ! D'autant que vous incarnerez un chef de l'un de ces petits clans. 

Bien sûr, les ressources, les outils, les médicaments et les mercenaires sont très rares et prisés. Vous et les vôtres serez opposés à 4 autres tribus dans un combat à mort (ou à survie !).

Nous vous parlions déjà d'Arctic Scavengers dans notre reportage Cannois et nous vous disions déjà tout le bien que nous pensions de ce jeu de deck-building de Robert K. Gabhart (sorti en 2009) désormais traduit par Ystari.

Voilà ce que nous vous disions à son sujet :
On va avoir deux types de cartes en main : des personnages et des "outils" (au sens très large, par exemple des chiens de traineau sont considérés comme des "outils" -pas de SPA en 2097-). L'objectif final est d'arriver à maintenir le plus de personnes au sein de sa tribu. Un round est constitué du tour de chaque joueur puis d'une bataille qui va permettre de récupérer des cartes plus intéressantes (très bon outils, des combattants et surtout des familles de rescapés qui rapporteront beaucoup de membres à la tribu, et donc beaucoup de points au final).

Le jeu possède plusieurs mécanismes intéressants et originaux :

– la gestion des actions qui va limiter très grandement les combo et forcer à l'optimisation la plus parfaite de son deck. En effet on peut effectuer 4 actions distincts par tour (piocher dans son deck, chasser, creuser dans les décombres et recruter) qu'on ne peut faire qu'une fois chacune mais dans n'importe quel ordre, à n'importe quel moment de son tour et de manière optionnelle.

– une méthode d'épuration de deck simplissime puisqu'on a la possibilité de jeter toute carte qui ne nous intéresse plus dans la décharge gratuitement : il suffit de l'avoir en main à son tour.

– la partie bluff et affrontement. Les joueurs ne reconstituent pas immédiatement leur main à la fin de leur tour et ils annoncent combien de cartes ils gardent pour la bataille. Contrairement à la plupart des jeux de deck-building, on n'a pas intérêt à utiliser toutes ses cartes à son tour. Parfois, on peut se retrouver avec des cartes peu puissantes en main mais bluffer quand même en les conservant toutes pour dissuader les autres de se lancer dans l'escarmouche.

Petit plus : comme c'est une traduction & ré-édition, la boite intègre 4 extensions de base (leaders, factions, bâtiments et des nouveaux persos) et c'est tant mieux, cela lui promet une jolie durée de vie !

Prévoyez une petite heure de jeu -dès 12 ans- pour 2-5 survivors.

Surveillez votre revendeur habituel, car il ne devrait plus du tout tarder désormais ! Pour info, comptez environ 25 euros.

Laisser un commentaire